Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Radioprotection’

La publication du rapport annuel de l’Inspecteur général d’EDF pour la Sûreté Nucléaire et la Radioprotection est toujours un événement attendu. Disons, plus précisément, qu’il est attendu du landerneau nucléaire auquel il s’adresse en priorité et, plus généralement, par tous ceux qui s’intéressent à la sécurité nucléaire sans se laisser influencer par le matraquage médiatique des abolitionnistes de l’atome qui hantent les allées du pouvoir depuis trente ans !

Ce rapport – à vocation interne mais qui est mis à la disposition de tous (consultable sur le site EDF) – est rafraîchissant, parce que, précisément, il présente un point de vue, celui d’un expert d’un exploitant, et qu’il ne prétend pas émaner d’une quelconque association de recherche « affranchie des lobbys industriels » ou d’une institution officielle qui brandirait son indépendance, sa compétence et sa volonté de transparence, à chaque détour de phrase…Il est intéressant parce qu’il n’hésite pas à prendre parti, celui d’une entreprise dont l’intérêt bien compris est d’éviter tout accident grave qui ruinerait définitivement son industrie. La teneur de ce document n’est donc pas idéologique, et c’est heureux car, en quelque domaine que ce soit, l’idéologie n’a jamais contribué à garantir la sécurité collective.

Son auteur est un salarié de l’entreprise, et si son travail depuis quelques années rencontre du crédit, c’est qu’il dresse, sans trop sombrer dans la langue de bois, un bilan sans concession des atouts et des faiblesses d’EDF en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection et qu’il ne s’embarrasse pas de circonvolutions ampoulées pour décrire les relations, en l’occurrence quasi-conflictuelles, qu’elle entretient avec ses partenaires obligés que sont, en particulier, les pouvoirs publics… Enfin, dernière caractéristique, ce document n’est pas un bréviaire qui s’imposerait comme un recueil de dogmes et de vérités révélées qu’il conviendrait, par opportunisme électoral, de vénérer à l’exemple des études de Greenpeace, et qu’il serait malséant de discuter.

Le rapport de l’année 2016 qui vient d’être rendu public le 3 mars 2017 était particulièrement attendu après les événements très médiatisés de l’automne dernier qui avaient un peu terni l’image de la grande entreprise publique, qui demeure un des principaux acquis de la Libération, en dépit de ses difficultés actuelles artificiellement entretenues, souvent « décrétées ex cathedra »  et dont, par conséquent, elle n’est que partiellement responsable.

A la mi-octobre 2016, l’Autorité de Sûreté Nucléaire avait annoncé « urbi et orbi » qu’elle exigeait l’arrêt de cinq réacteurs nucléaires d’EDF pour effectuer des tests et qu’elle suspendait l’autorisation de redémarrage de sept autres (en maintenance périodique), en raison d’une anomalie suspectée dans l’acier enveloppant les générateurs de vapeur, organes essentiels pour évacuer l’énergie produite par la réaction nucléaire. Cette anomalie pouvait aussi concerner les cuves des réacteurs. Dénommée « ségrégation carbone », elle aurait été potentiellement présente dès la coulée des aciers en fonderie.

Ce phénomène caractérisé par un taux de carbone non conforme aux normes aujourd’hui en vigueur, avait été -disait-on – imprudemment sous-estimé jusqu’à ce jour, et « on » craignait qu’il n’affecte gravement la résistance mécanique des cuves ou de leurs équipements annexes comme les générateurs de vapeur !

Si tel avait été effectivement le cas, c’est la sûreté du parc nucléaire français qui était en péril? C’est en effet au cœur même du confinement de la réaction nucléaire que cette faiblesse génératrice d’accidents était suspectée et parfois détectée. Déjà planait dans la presse hexagonale et dans les chaumières ministérielles, l’ombre portée des catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima, apportant de l’eau au moulin des antinucléaires qui demandaient l’arrêt « immédiat » de la production d’électricité d’origine nucléaire.

Il y avait vraiment de quoi foutre la trouille au « pékin moyen », d’autant que le porte-drapeau de cette information angoissante était l’instance officielle de contrôle, l’Autorité de Sûreté Nucléaire, qui, arc-boutée sur ses principes sacrés d’indépendance et de transparence, s’était empressée de sonner le tocsin et avait pris les mesures conservatoires drastiques évoquées plus haut !

Sous les lambris dorés de l’Elysée, on peut penser que certains conseillers du Président devaient secrètement se féliciter de la perspective que cet incident ouvrait, de respecter enfin une – au moins une – des promesses phares du quinquennat, à savoir la réduction de la part du nucléaire dans le « mix énergétique » … Et en plus, « à l’insu du plein gré » de l’auguste locataire ! Tout bénef…

Heureusement, à l’issue d’investigations approfondies, il est apparu que cet événement n’était pas aussi préoccupant qu’initialement redouté…L’Autorité administrative put alors, fort opportunément et sans trop se déjuger en faisant mine de s’appuyer sur les conclusions inespérées des expertises qu’elle avait diligentées, rapporter sa décision initiale, et permettre le redémarrage des réacteurs concernés.

Cet apparent changement de braquet était raisonnable, mais, comme souvent, de méchantes langues l’assimilèrent à un rétropédalage. Elle eut pour effet favorable d’éviter la pénurie d’électricité, et d’écarter la menace de coupures de courant sur le réseau français, au moment où la demande s’accroissait en ce début d’hiver rigoureux.

Bien entendu, pour faire bonne mesure et peut-être aussi pour sauver la face, l’Autorité de Sûreté Nucléaire imposa à EDF (qui s’en accommoda de bonne grâce)  de prendre quelques « dispositions spécifiques d’exploitation » supplémentaires et d’effectuer des essais complémentaires ! En fin de compte, la sagesse prévalut, attestant – s’il en était besoin – du sens des responsabilités, du pragmatisme et de la bonne compréhension de l’intérêt général (ainsi que du sien) de l’Autorité administrative « indépendante », que d’aucuns persistent parfois à qualifier de « nucléophobe » ou qui est souvent – et injustement – perçue, comme une haute technocratie, hors sol, imbue d’elle-même, et obnubilée par le respect convulsif de procédures superfétatoires, édictées au nom d’une « culture de sûreté » devenue obèse par la multiplication de règles en tous genres !

Cette alerte et ce qui en a finalement résulté, incitèrent certains esprits frondeurs à instruire un second procès à l’encontre de l’Autorité de Sûreté – tout aussi infondé que le premier – aux termes duquel son « indépendance » ne serait en fait que de façade, étant entendu que le gouvernement reprend toujours la main lorsque les affaires sont sérieuses, c’est-à-dire lorsque les prises de position de l’Autorité de Sûreté, trop cassantes, trop « autoritaires » et inutilement anxiogènes risquent de générer plus de désordres à l’ordre public qu’elles n’évitent l’expression de dangers avérés !

En tout cas, à la fin de l’année 2016, l’incident paraissait clos !

Tous paraissaient se féliciter du compromis trouvé. L’Autorité de Sûreté Nucléaire, d’abord qui comprit à cette occasion qu’il ne fallait pas aller trop loin dans sa posture de « gendarme du nucléaire »; EDF, ensuite, qui accepta sans mot dire – sans maudire – les mesures supplémentaires de précaution qu’on lui imposait en contrepartie d’une autorisation de poursuite de sa production d’électricité, et enfin le gouvernement rassuré par le fait qu’on ne viendrait pas le « chercher » en cette fin crépusculaire de quinquennat, en lui rejouant « l’hiver 1954 et l’abbé Pierre » sur fond de privation « administrative » de courant ! Seuls les indécrottables écolos antinucléaires trouvèrent à y redire. Mais, quoiqu’en pense le candidat officiel de la Belle Alliance Populaire à la Présidence de la République, qui fait grand cas de leur amitié, ils ne représentent guère plus de 1%, dont la moitié, mobilisés en permanence dans les « ZAD » à jouer les Robin des Bois face à la maréchaussée !

Cette harmonie de tous les corps constitués a été partiellement rompue, le 18 janvier 2017, lors des vœux à la presse de l’actuel président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire. Mécontent sans doute d’avoir dû manger son chapeau dans « l’affaire de la ségrégation carbone », ou remonté comme une horloge pour promouvoir le nouveau paradigme nucléaire d’un accident certain, quelle qu’en soit l’occurrence, il s’est en effet livré, en dramatisant la situation, à un véritable réquisitoire contre les exploitants nucléaires dont EDF… et en prédisant l’avenir le plus sombre!

A sa décharge, le désaveu implicite de sa première décision, un camouflet insupportable pour un X-Mines biberonné dans la haute administration, pouvait lui faire craindre que la technostructure qu’il dirige ne soit plus vraiment prise au sérieux et qu’elle se heurte à l’avenir à de fortes réticences de l’Etat lorsqu’il s’agira, comme il le réclame inlassablement, d’accorder une augmentation de ses effectifs d’ingénieurs et d’inspecteurs, ou un accroissement significatif de son budget. On peut même penser car l’homme semble habité par sa mission, qu’il appréhende réellement l’avenir de la sécurité nucléaire, dont il s’estime – probablement à tort – le seul garant.

Quoiqu’il en soit, ce 18 janvier 2017, dans son camp retranché de Montrouge, ses propos – dont on peut intégralement prendre connaissance sur le site de l’Autorité de Sûreté Nucléaire – furent d’une extrême violence : « Concernant les installations nucléaires, il y a un an, le contexte était préoccupant à moyen terme. Si je devais résumer ma pensée aujourd’hui, je dirais que le contexte est préoccupant. J’enlève ‘‘à moyen terme’’ ».  

Un slogan propre à décourager Billancourt, comme aurait dit Maurice Thorez jadis!

Dans ces conditions, face à cette agression frontale, une réponse d’EDF, principal exploitant de réacteurs nucléaires de puissance en France s’imposait, tant sur le fond que sur la forme. Toute la question – le seul suspens – était de savoir par quel vecteur l’entreprise ferait transiter sa riposte et dans quelle mesure, elle privilégierait la conciliation sur l’offensive.

Clairement, les réponses à ces interrogations furent apportées par le rapport 2016 de l’Inspecteur général.

Sur le fond, prenant le contre-pied du président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire, l’inspecteur général d’EDF estime – comme il fallait tout de même s’y attendre – que les résultats en matière de sûreté nucléaire, de radioprotection et de prévention sont « encourageants » et même « en constante amélioration », EDF n’ayant pas connu, pour la quatrième année consécutive, « d’événement majeur de sûreté en 2016 » ayant une incidence radiologique; et ce, grâce à « l’implication » de son personnel, dont pourtant  « les programmes d’activités avaient été bouleversés par les interventions liées (notamment) aux affaires «  ségrégation  » – sous-entendu – abusivement montées en épingle !

Il formule cependant des préconisations d’améliorations dans le domaine de la maintenance.

Ce qui étonne, c’est que sur un sujet technique de cette importance, son appréciation globale soit parfaitement contradictoire avec celle du président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire…

Forcément l’un ou l’autre doit donc forcer le trait ou gommer les aspects qui pourraient affaiblir sa thèse ! Qui croire ?  Celui, à l’évidence, qui a le moins d’intérêt à tordre la réalité.

Et dans ce contexte, force est de reconnaître que la position de l’exploitant est robuste, étayée par plusieurs décennies de fonctionnement du parc nucléaire sans déplorer de catastrophe de sûreté ou de radioprotection. Et surtout, il peut arguer qu’en cas d’accident, il serait désigné comme l’unique responsable, en droit comme en fait. En outre, d’un point de vue industriel ou économique, les conséquences ne seraient pas moindres car son activité serait irrémédiablement condamnée. L’intérêt du gendarme du nucléaire est d’un autre ordre, celui d’être reconnu comme un levier indispensable à la police de l’Etat !

Mais l’important ne se trouve pas là, car ces différences d’approche de la prévention d’un risque qui est bien réel, relèvent de la normalité du dialogue contradictoire entre un contrôleur et un contrôlé, entre l’Etat et ses administrés, surtout lorsqu’il ne s’agit que d’un jeu de postures dans un contexte où la peur de l’apocalypse n’est heureusement pas à l’ordre du jour…Les frayeurs de Président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire sont pour une large part virtuelles ou conséquentes de normes excessives qu’il a lui-même édictées, comme celles portant sur la définition des déchets radioactifs.

L’aspect le plus troublant du rapport de l’Inspecteur général réside dans sa critique sans ambages de l’Autorité de Sûreté elle-même, sur sa manière d’exercer sa mission, et même, implicitement sur sa raison d’être en tant qu’entité administrative indépendante…

Intitulant le paragraphe consacré à ce sujet « un besoin de confiance », l’inspecteur général annonce clairement la couleur : si la confiance est présentée comme un besoin, c’est qu’a priori, elle est loin d’être acquise !

La suite de son exposé le démontre. Après avoir rappelé – presque pour forme – « qu’un dispositif de sûreté nucléaire efficace comporte nécessairement une Autorité de sûreté forte qui entretient des échanges équilibrés avec les exploitants » l’inspecteur observe qu’en France, « les relations entre EDF et l’Autorité de sûreté ne sont pas satisfaisantes depuis plusieurs années ».

Il poursuit l’offensive en observant que « chacun campe sur ses positions » et que « les causes (de cette absence de dialogue) sont multiples ». Mais, selon lui, elles sont d’abord le fait de l’Autorité qui limite, pour l’essentiel les échanges, « à débattre de la conformité réglementaire à des textes qui ne peuvent traduire la diversité des situations et des problématiques, au détriment du dialogue technique indispensable pour progresser ». Sévère!

Le plaidoyer se transforme même en un réquisitoire accablant:

« Des incompréhensions surviennent inévitablement et créent un climat préjudiciable à la sûreté. Une activité aussi complexe et sensible que l’industrie électronucléaire doit évidemment être fortement encadrée, mais vouloir tout écrire est illusoire. Cela conduit à une pléthore de textes, toujours imparfaits et en évolution permanente. Pire, un corpus d’une telle complexité dépasse les capacités d’assimilation humaine et ne renforce pas la sûreté. Il (me) paraît préférable d’élaborer des textes qui posent les principes, fournissent des règles générales et prévoient des procédures particulières pour les cas non envisagés. L’application de tels textes passe par un dialogue soutenu où la technique tient la part principale, et où les conséquences pour la sûreté sont le critère décisif. Ce dialogue technique, ces échanges sur le fond, me paraissent une condition d’un retour à des rapports plus équilibrés et responsabilisant pour l’exploitant. Cela permettra d’amorcer une logique de cercle vertueux mais prendra du temps : la confiance ne s’impose pas mais se construit en commun, progressivement »…

La charge est d’autant plus cruelle que l’inspecteur compare l’action de l’Autorité de sûreté nucléaire française à son homologue britannique, avec laquelle EDF entretiendrait des relations confiantes, respectueuses des responsabilités mutuelles, et au bout du compte, profitables…

Cette attaque est par ailleurs malvenue alors que les « Autorités prétendument indépendantes » semblent passées de mode et même contestées jusqu’aux échelons les plus élevés de l’Etat et dans les commissions parlementaires… Si la classe politique a trouvé autrefois commode de se décharger de ses responsabilités sur des sujets sensibles et complexes, en en confiant la gestion à de fidèles serviteurs présentés comme autonomes, désormais qu’elle est confrontée à l’accusation d’inutilité, elle s’interroge sur le gain de tels dispositifs cache-sexe et sur l’intérêt de les faire perdurer…

Le fait que l’Inspecteur général ait pu diffuser pareil pamphlet anti-Autorité pour le compte d’une entreprise dont le capital est détenu à 85% par l’Etat, est à cet égard significatif. Ne fait-il pas écho à certaines réflexions conduites, ici ou là, en sous-main, sur la pertinence de maintenir l’autonomie d’une telle technostructure?  L’inspecteur n’a-t’il pas bénéficié, a minima, d’une bienveillante neutralité de la part de ceux, en haut-lieu, qui estiment qu’il n’y a pas de motif majeur pour persister à déléguer à l’Autorité de Sûreté Nucléaire des missions quasi-réglementaires relevant des prérogatives régaliennes de l’Etat?

Ne s’interroge-t-on pas, de facto et par personne interposée, sur la valeur ajoutée d’une Autorité autonome par rapport à une administration centrale classique, disposant des compétences techniques effectivement nécessaires pour procéder au contrôle d’une activité industrielle ou médicale intrinsèquement dangereuse?  N’est-ce pas de la sorte que l’Etat administre le pays depuis la nuit des temps?

L’avenir nous dira si ce rapport 2016 n’est qu’un coup de semonce sans lendemain, ou le signe précurseur d’une réforme de la sûreté nucléaire vers un droit commun réaménagé des risques industriels, et plus généralement vers une organisation des pouvoirs publics plus conforme aux standards de la démocratie. Laquelle postule qu’en principe le dernier mot revient toujours à des élus du suffrage universel et non à des technocrates, fussent-ils compétents et honnêtes!

Le vent tournerait-il, sonnant enfin le glas des administrations « indépendantes » ? L’exemple de l’Autorité de Sûreté Nucléaire n’étant qu’un exemple parmi d’autres, car cette dérive de la défausse vers des experts indépendants est une marque de fabrique du manque de courage de la classe politique depuis deux ou trois décennies…

  • PS: On aura sans doute compris qu’à titre personnel, je suis défavorable à la création de ces Autorités indépendantes, qui se substituent aux représentants élus et qui, étant d’authentiques dénis de démocratie, pourraient bien échapper un jour aux apprentis sorciers qui les ont portées sur les fonds baptismaux. Bien sûr, la probité, de désintéressement et le dévouement à la cause publique de leurs personnels – généralement fonctionnaires – ne sont en rien mis en cause, et c’est la raison pour laquelle je n’ai évoqué ici que des fonctions et n’ai cité aucune personnalité.
Publicités

Read Full Post »