Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Peine de mort’

Une jeune iranienne de 26 ans, Reyhaneh Jabbari a été exécutée par pendaison, samedi 25 octobre 2014 en Iran, condamnée pour avoir tué, en état de légitime défense, celui qui la violait… Elle croupissait depuis juillet 2007, l’époque des faits, dans les geôles de la République islamiste chiite, attendant une improbable clémence du Guide suprême de la Révolution iranienne, l’ayatollah Ali Khamenei.

Reyhaneh Jabbari (Reuters)

Reyhaneh Jabbari (Reuters)

S’en tenant à la loi coranique en vigueur en Iran – en d’autres termes à la charia – le machiste barbu en chef n’a pas levé le petit doigt, en dépit d’un procès manifestement truqué fait à la pauvre jeune fille… La loi du talion a prévalu car la parole d’une femme – d’une très jeune femme victime d’odieux sévices – ne compte guère face aux soutiens mâles d’un violeur, un chirurgien, sbire et soutien d’un régime attentatoire aux libertés les plus fondamentales de l’homme et de la femme…

Les appels à la clémence – sinon à la justice – provenant du monde entier n’ont pas été entendus… Parmi les grands Etats, seuls les Etats-Unis ont daigné condamner officiellement l’exécution et l’ont fait savoir par un communiqué de leur département d’Etat, qui précisait en outre – très diplomatiquement – « qu’il y a de sérieux doutes sur l’équité du procès et sur les circonstances entourant ce dossier, dont des rapports faisant état de confessions recueillies sous de sérieuses contraintes… »

La France, la « Patrie des droits de l’homme », ne s’est pas fendue, elle, du moindre communiqué officiel de protestation. Du moins, jusqu’à maintenant, et qui aurait été largement relayé par les grands médias… Sans doute, ne veut-t-elle pas irriter l’Iran, ou plus exactement « stigmatiser » la république islamiste, qui fait actuellement figure d’alliée – peu avouable – dans la lutte conduite contre une autre forme de sauvagerie, tout aussi barbare et sanglante en Syrie et en Irak… La diplomatie est un art complexe qui exige à la fois d’encenser des théocraties sunnites liberticides qui nous approvisionnent en pétrole, de préserver de bonnes relations avec leurs ennemis chiites et de soutenir du bout des doigts l’action américaine pour tenter de sauver ce qui peut l’être dans des pays martyrisés par l’obscurantisme religieux …au nom d’une démocratie civilisée dont personne ne veut vraiment régionalement ! Sauf les sans voix qu’on assassine au quotidien. Dans ce contexte, écourter sauvagement la vie d’une jeune femme n’est même pas un incident…Une jeune femme qui ne demandait qu’à vivre et à aimer et qui a connu l’horreur à l’aube, un samedi matin d’automne dans la cour de la sinistre prison Evin de Téhéran !

« C’est une nouvelle tache sanglante pour le bilan de l’Iran en matière des droits de l’homme », a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice-adjointe d’Amnesty International pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord.

Je partage ce point de vue !

Vivement que l’actualité me permette de reprendre le cours de mes petites et ingénues chroniques familiales à travers les siècles…Il m’arrive d’en douter… Comment en effet ne pas durablement s’interroger sur le présent lorsque des hommes « sains de corps et d’esprit » peuvent sans répulsion et sans révolte, passer un nœud coulant autour du cou d’une jeune femme, la pousser hors de la mortelle estrade pour lui rompre les vertèbres cervicales et attendre de son balancement au bout d’une corde que mort s’ensuive?  Des hommes dont certains étaient probablement de l’âge de la suppliciée ou de son père!

Comment imaginer un tel sadisme? Comment supporter un tel cauchemar?

Nous ne t’oublierons pas Reyhaneh.

Read Full Post »