Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘paradoxe surprise’

Le  billet qui suit, est une fiction. C’est le message virtuel d’un petit-fils à son grand-père maternel. Il ne se réfère à rien d’authentique. Disons plutôt « d’authentiquement authentique ». Néanmoins, en dépit de son caractère chimérique, il a sa place dans ce blog familial, car ce qu’il décrit « sans avoir l’air d’y toucher » selon une expression familière patoisante, traite de difficultés auxquelles furent confrontées certaines familles angevines, dont la mienne, comme d’autres en France, face aux événements tragiques de la première moitié du 20ème siècle, en particulier au cours des deux guerres mondiales. Elles les surmontèrent avec plus ou moins de bonheur ou de talent. Mais, parfois, elles tombèrent aussi dans une sorte de déni, dans lequel elles demeurent parfois embourbées!

Ce dont il s’agit en l’occurrence, c’est du drame secret – disons occulté – d’un brave homme, Louis Turbelier, un homme tranquille, bon mari, bon père et bon chrétien, qui ne demandait rien d’autre que de s’occuper paisiblement de sa famille et de vivre en bonne intelligence avec ses voisins, ses collègues et ses amis …Par plaisir autant que par nécessité ou par goût de la convivialité, il consacrait une grande partie de ses loisirs à bichonner amoureusement un lopin de terre – un jardin ouvrier – qui lui apportait en outre les compléments alimentaires qui faisaient cruellement défaut pendant l’occupation allemande; et même avant, car ce brave homme, ouvrier ferblantier de son état avait été frappé de plein fouet par la crise de 1929 qui en avait fait un chômeur.

C’était aussi son plaisir que d’échanger des semences et des boutures avec ses copains jardiniers et de passer ses dimanches à éclaircir ses carottes ou à buter ses patates après avoir déjeuné avec ses enfants à l’ombre de la tonnelle qui ornait sa cabane à outils. Repas régulièrement troublé par le sifflement de la locomotive du « Petit Anjou » qui passait au fond du jardin… Bien sûr, il ne s’agissait que des dimanches fastes, où il n’était pas de service au commissariat. Car, il était devenu policier municipal à Angers dans les années trente…Un honnête policier qui n’adhérait pas aux thèses extrémistes des Croix de Feu comme certains dans sa famille, et qui concevait son travail comme un service rendu à la population.

Entraîné malgré lui dans la tourmente des guerres de son époque, il dut à plusieurs reprises faire des choix cornéliens, sans vraiment savoir sur le moment s’ils furent judicieux ou catastrophiques. Probablement que cette question le tourmenta le restant de sa vie, à l’aune des valeurs morales qu’on lui avait inculquées. En tout cas, il dut les assumer.

Et, c’est précisément sur ces points, qu’en tant que petit-fils, au travers du message que je lui adresse plus d’un demi-siècle après son décès, je  l’interpelle pour tenter d’élucider si la cruauté des temps l’a conduit à se renier lui-même, ou au contraire à manifester l’héroïsme d’un homme confronté, à son corps défendant, à l’infamie ordinaire des temps d’occupation.

Mais de quel droit, puis-je procéder ainsi ? Quel impérieux motif peut pousser ce gamin des années cinquante, devenu retraité à apostropher post-mortem un grand-père maternel qu’il n’a jamais vraiment connu ?

En fait, c’est l’aboutissement d’une réflexion de quarante ans, en forme d’exigence identitaire. Ma démarche étrange satisfait, selon moi, un devoir de transparence à l’égard, certes, de la postérité mais également à l’égard de ce grand-père que j’ai aimé sans le connaître. Cette lettre n’est d’ailleurs pas un réquisitoire et ne se veut pas accusatoire. Elle vise, au-delà des non-dits et des silences bavards des constructions panégyriques de la famille, à comprendre. Et donc à « réhabiliter » Louis Turbelier, mon grand-père, injustement réduit à l’image d’Epinal d’un personnage un peu falot et discipliné jusqu’à la niaiserie. Un personnage au physique légèrement enveloppé de comique troupier, gonflé de mauvaises graisses et les poumons encrassés de goudrons tabagiques. Un homme, dont on disait qu’il était perpétuellement gai, y compris, paradoxalement, face au gouffre béant qui anéantissait sous ses yeux des siècles de civilisation.

Je me dis que cet homme, auquel je souhaite redonner chair et qui eut le malheur d’être policier municipal à Angers en 1942, valait sûrement mieux que le personnage soumis à ses chefs, tout juste bon à régler la circulation au carrefour du Hara. Il valait mieux que l’homme trop encensé par sa famille, peut-être méprisé par sa femme, dont il n’aurait été que le mari de remplacement…Elle, que je persiste à admirer et à aimer, mais qui ne savait appeler son époux autrement que par « mon pauvre p’tit Louis » ! Il valait mieux enfin que les jugements malveillants à l’emporte-pièce, dans lesquels je m’étais, autrefois, fourvoyé, et qui faisaient de Louis un acteur minable et subalterne de la Shoah…Un supplétif par sa fonction de l’œuvre de mort des nazis. Un « malgré nous » coupable !

Estimant n’avoir pas d’autre moyen pour accéder à cette vérité recherchée depuis toujours, que de m’adresser directement à lui, dont on ne sait pas s’il fut courageux ou pusillanime. Et ce faisant, en veillant à ce que cette volonté de clarté par un questionnement sans concession, ne fasse obstacle ni à la compréhension, ni à mon affection naturelle pour celui dont je porte une partie de l’hérédité. D’ailleurs, dans mon exercice d’introspection, il est moins question de juger que d’expliquer et de comprendre. Dans cet esprit, en adepte de Gaston Bachelard, je sais que poser les bonnes questions, c’est déjà partiellement les résoudre…

Conformément aux standards de notre époque, c’est par mail que je choisis de lui adresser ce message virtuel, en postulant que les photons porteurs d’information finiront bien par atterrir là où on les attend, avant de s’évanouir sous l’effet de l’entropie universelle…

«  Grand-père »

« C’est la première fois que je m’adresse à toi en toute conscience Je me heurte donc à la difficulté de trouver la manière. Trouver le bon ton, choisir les bons mots ! Des mots qui doivent manifester notre proximité, alors que je ne te connais que par ouï-dire. Franchir cet obstacle n’est pas une simple formalité. Mais, c’est par son entremise, que je m’autoriserai par la suite, à te regarder dans les yeux. Faute de quoi, je ne saurais poursuivre, car je n’ai pas le talent ni la force, d’un Alexandre Jardin et tu n’es pas le Nain Jaune. Ce dialogue est essentiel mais tu conçois qu’il n’est guère aisé à établir.

En effet, si tu m’as aimé – ce dont, je n’ai jamais douté –  moi, qui n’avais que deux ans au moment de ta disparition, tu n’es pour moi qu’une image virtuelle, un élément de mon histoire et une frustration. Il faudra donc que tu y mettes un peu du tien. Je veux dire qu’à la manière des personnages romanesques, l’idéal serait que tu m’inspires les réponses attendues de toi, qui soient autres que les versions édulcorées qu’on m’a livrées jusqu’à présent et qu’on m’a pieusement inculquées dans mon enfance. En l’absence de souvenirs vécus, je n’ai pu t’imaginer qu’au travers du regard aimant de tes enfants, du témoignage de ton épouse et, plus rarement, de tes sœurs. Tout récemment encore, une de tes nièces me disait que tu étais généreux et toujours radieux.

Ta femme – ma grand-mère – t’évoquait toujours avec beaucoup de respect, de compassion mais aussi, sans doute, avec un souci évident de bienséance. Je n’aborderai pas ici ce que fut ta vie avec elle. Cela relève de ton intimité et de la sienne. Je ne crois pas utile de savoir si, outre le fait que tu fus son mari, tu fus aussi son amant. Le savais-tu d’ailleurs toi-même, au-delà des apparences et des circonstances qui ont fait que trois ans après le décès de ton frère sur le front de la Somme en 1918, tu t’es substitué à lui pour l’épouser, probablement à la demande pressante de ton père?

Tous les témoignages sont précieux. Mais ils sont trop souvent soupçonnables de complaisance! Je ne les écarte pas, car ils montrent différentes facettes  de ta personnalité, que je n’ai aucune raison de remettre en cause. Tous portent leur part de vérité. Pour autant, j’ai la conviction qu’ils ne t’incarnent pas vraiment. Pendant longtemps, je n’ai pas éprouvé le besoin d’en connaître plus. Puis, un jour, bien plus tard, j’en ai pris le contre-pied brutal, en développant à charge, une analyse caricaturale de ton existence. Elle me permettait d’adopter une froide distance et de m’affranchir de toute proximité avec toi, en niant les liens qui indissolublement nous unissent. Comme, pour éviter, par la négation symbolique de la filiation, la contamination par l’impensable. Je ne suis pas sûr que les tragédies et révoltes intimes de l’un de tes fils au soir de sa vie, ne trouvent  inconsciemment leur origine dans cette question primordiale du lien filial, à la fois suspecté, revendiqué et rejeté.

En ce qui me concerne, mon propos était plutôt de t’oublier en rejetant, en bloc, les couronnes de lauriers qu’on te tressait. Tu représentais, à tort, la part d’ombre qu’il fallait gommer, en particulier sur nos proches origines. Dans ce contexte, même les victimes dont tu fus peut-être, sont coupables.

Aujourd’hui, c’est différent: ce rapprochement que les circonstances nous ont refusé, je le recherche. Sûrement parce que j’ai vieilli et que l’expérience me fait douter des jugements péremptoires du jeune homme que je fus. En outre, j’ai vécu certaines expériences existentielles que tu as connues. Certaines favorables, d’autres moins. Parmi les favorables, il y a le fait que je suis devenu grand-père et que forcément j’imagine mieux ta jubilation à ma naissance. Par ailleurs, je considère qu’il serait blâmable que mon obstination à te juger, m’écarte de l’essentiel, à savoir de la vérité, alors que mon propre temps s’écoule inexorablement. Et surtout, parce que des événements douloureux sont survenus. Ils ont aiguisé ma compréhension. Désormais, je me sais apte à affronter ce que je considérais sans réel motif comme une secrète et honteuse blessure, et qui m’interdisait de t’évoquer autrement qu’avec la sévérité d’un procureur. Je sais l’horrible injustice d’accusations infondées!

Je ressens donc aujourd’hui comme un impératif, la restauration d’un dialogue que ta disparition a interrompu, il y a plus d’un demi-siècle.  Au-delà des éloges biaisés de tes proches, tentatives candides de se protéger de toi en t’enfermant dans un magnifique mausolée de silence, je pense que le moment est venu de comprendre ce que tu fus et où se nichait ton intime cohérence. Il ne faut plus, pour ton honneur et le nôtre, se limiter à fermer le ban sous des flots de puérilités. J’ai tant de choses à te dire et de questions à te poser. Je n’imagine d’ailleurs pas relever ce challenge sans y mettre une part de moi-même et sans afficher ma volonté de clairvoyance, quoiqu’il en coûte. Je n’ai pas l’ambition d’être neutre et mes propos ne seront pas dénués d’affect.

Ta première qualité à mes yeux, qui te confère un statut singulier, étant d’être mon grand-père maternel.

D’emblée, je veux te dire que j’assume ton héritage et que je suis fier des quelques réalisations que tu nous as léguées. Autant dire que je ne vise pas l’objectivité. Je veux te rendre l’hommage auquel tu peux prétendre, conscient qu’il ne s’agit que celui d’un petit-fils à son grand-père. Ta mort n’ayant  pas permis que s’épanouisse entre nous un lien d’affection, construit au fil du temps, au gré des rencontres, des jeux et des repas pris en commun. L’un et l’autre, fûmes par conséquent frustrés d’une relation que le destin nous a confisquée. Surtout moi ! Car je suppose qu’au moins, tu m’as tenu dans tes bras, donné le biberon, bercé de tes mots. Au cours de mes deux premières années, ta gaieté  et tes chansons  t’ont permis d’appréhender ton rôle de grand-père, alors qu’elles n’ont fait que solliciter mon inconscient !

Nous ne rattraperons pas ce temps perdu. Il faut donc admettre que nous serons privés à jamais de cette intelligence réciproque qui se noue généralement entre un grand-père et son petit-fils dès les premiers babillements. J’en mesure aujourd’hui le bonheur. Ce sont ces propos qui fondent une relation filiale, dont, nous, nous sommes orphelins. Ils commencent généralement par la façon dont on convient de se reconnaître. Ce stade aussi nous fait défaut, car je n’avais pas l’usage de la parole quand tu es mort. Comment dois-je donc t’appeler? « Grand-père », « Papy » ou « Pépé » avec ton prénom pour te distinguer de mon autre grand-père ?

J’ai choisi, pour nous, « Grand père » : la plus indiscutable des formulations, la plus évidente, intemporelle, peut-être un peu trop impersonnelle! Mais sommes-nous si familiers après soixante ans de silence ? Si tu veux bien, tenons-nous en-là ! « Grand-père » ! Il est vrai que si tu avais vécu et si nous avions eu le temps d’être un tout petit peu plus « complices ou compères », je t’aurais probablement appelé « Pépé », de même que j’appelais ton épouse « Mémé ».  Ce sobre « grand-père » atteste à la fois de ma filiation mais aussi de la distance qui nous sépare. Cet éloignement, nous ne l’avons pas provoqué, mais il s’est imposé en dépit de l’amour balbutiant que je commençais probablement à te porter à l’instant où tu nous as quittés.

Il présente l’avantage de nous laisser une liberté d’expression qui me permet de te confier que tu m’as donné du « fil à retordre » ! Tu es en effet le seul de mes proches parents, dont je ne garde aucune image « vécue » . Le seul de mes aïeux, dont le visage ne m’est connu que par la magie de la photographie. Il ne me reste de toi que des sensations insaisissables liées aux lieux où nous étions ensemble, ou d’instants de probable connivence enfantine. Je garde le souvenir de l’empreinte d’une de tes galoches à clou dans le ciment d’une rustine du sol de ton appartement du 20 de la rue Desmazières!

Raisonnablement, je devrais me contenter des épisodes édifiants qu’on a bien voulu me raconter à ton propos. Je procède ainsi dans mes narrations sur les autres membres de la famille proche. Mais pour eux, j’ai des souvenirs, qui apportent la saveur du réel à une documentation souvent abondante.  S’agissant de toi, cette manière de procéder m’est apparue inappropriée.  Ainsi, la reprise sans discussion du témoignage de tes proches n’aurait contribué qu’à conforter l’image du petit jardinier benêt et balourd, jouet d’un cruel destin, remplaçant résigné d’un glorieux frère aîné « mort pour la France ». Arguant de la photo de ton frère, trônant au-dessus de votre lit conjugal, j’aurais pu méchamment insister sur la rumeur selon laquelle ton épouse ne t’aurait jamais permis d’assumer le remplacement de ton frère disparu. N’ayant de cesse  de te comparer à lui, à ton désavantage…

J’aurais pu aussi ne voir en toi que la victime de la crise économique, licencié des corderies Bessonneau, qui, pour nourrir sa famille, devint petit flic. J’aurais pu enfin résumer ton action dans la police des années quarante à ta présence effrayante lors des rafles anti-juives de juin et juillet 1942 à Angers et me satisfaire d’une interprétation honteuse en l’assimilant à une soumission passive et abjecte à l’autorité d’une hiérarchie inféodée à l’occupant nazi.

C’est le procès que je t’aurais fait, il y a quelques années, en m’insurgeant contre ceux qui vantaient ta bonté. Maintenant, je considère que cette accusation n’est pas conforme à la vérité. Il serait injuste de mettre l’accent sans nuance sur ton rôle dans le déroulement événements auxquels tu as effectivement assisté, que tu as subis et dont tu as cherché à limiter les atroces conséquences pour  les victimes. En vain, car ton action n’a pas empêché les enfants juifs angevins et leurs familles d’être déportés à Auschwitz. Tu n’as cessé par la suite de le dénoncer et on m’a rapporté récemment les nombreux témoignages de reconnaissance qui affluèrent à ton décès, sept ans plus tard, émanant de ceux, victimes désignées par les nazis et Vichy, que tu avais aidés et avertis de la menace avant l’irruption des « bourreaux ». Ton alerte n’en a malheureusement sauvé qu’un très petit nombre. Cette période t’a miné, hanté, même si tu donnais le change auprès des tiens en manifestant une gaieté hors de propos.

Plus de soixante cinq ans après l’occupation allemande, il serait déloyal de se contenter d’une posture de justicier en pantoufle en omettant de porter à ton crédit les manifestations de compassion et de soutien concret, bien que souvent inefficace, que tu as apportées aux martyrs innocents de la barbarie nazie. Barbarie dont tu fus le témoin mais aussi, dans une certaine mesure, une victime. Je me garderai donc bien de me livrer à la facilité d’une narration bavarde et dévastatrice. Pour autant tu comprendras que ta fonction de flic pendant cette dramatique période ait pu susciter de légitimes interrogations, car il est établi que, comme policier municipal, tu étais présent lors des rafles des juifs. Tu étais là aussi lors de leur gardiennage au séminaire de la rue Barra, ainsi qu’à la gare Saint Laud, lorsqu’ils furent parqués dans des wagons à bestiaux en partance pour Drancy puis Auschwitz.

Ne souhaitant pas m’ériger en juge, tu imagines bien que, dans ces conditions, la forme intimiste d’un petit-fils qui s’adresse à son grand père sied mieux à cette recherche de la vérité. Je ne veux pas  t’accabler mais simplement comprendre. Et cette vérité est forcément le préalable pour t’aimer sans arrière pensée.

Ayant moi-même atteint l’âge des bilans,  je présume que tu ne fus certainement ni le l’homme paré de toutes les vertus dont t’affublèrent ceux qui cherchèrent à éluder les questions sensibles, ni, surtout, le démoniaque individu qui aurait traversé sans affectation particulière les situations les plus tragiques. Tu n’es pas celui qui aurait assisté sans broncher aux pires ignominies, comme d’arrêter des femmes et des enfants au seul motif qu’ils étaient réfugiés, apatrides et juifs. Tu étais tout bonnement un mec qui n’était pas voué initialement à jouer les héros. Un mec qui a conduit sa vie comme il a pu, confronté à des circonstances sur lesquelles il n’avait pas de prise et qui avait peu d’atouts pour les surmonter, sinon une très grande gentillesse, l’amour ingénu des siens et un indécrottable optimisme – réel ou simulé. Autant d’atouts qui peuvent, dans des circonstances dramatiques, se révéler des handicaps. Comment rendre compte de ton humanité sans taire l’apparente complexité de ton cheminement, ni tes états d’âmes, ni la souffrance qui fut sûrement la tienne? Toi le héros qui n’apparaissait jamais que dans le rôle de l’éternel second de ton frère, de ta femme ou de ton père ? Tu avais l’âme d’un jardinier et tu as du assumer un habit de petit flic dans la période la plus délicate de notre histoire. Voilà, ton drame !

Je sais que tu t’es efforcé de porter secours et assistance aux femmes et aux jeunes filles internées en juillet 1942 dans le grand séminaire de la rue Barra, où on t’avait affecté. Je sais que, dans leur désarroi, elles te faisaient confiance en dépit de ton uniforme et que tu ne les as pas trahies. Que tu as su faire passer ton devoir d’homme avant les consignes. Tu as posté à leur demande des lettres à leurs proches pour les informer de leur infortune. Contrairement à tes chefs, proches de la Gestapo, tu ignorais  le sort qui leur était réservé après avoir pris le train à la gare Saint Laud.  Pour autant, malgré les assurances de ta hiérarchie, tu fus pris d’un doute affreux en voyant s’éloigner le convoi qui comprenait des dizaines d’enfants, du côté de la gare de la Maître Ecole. Et j’imagine l’horreur qui fut la tienne lorsque tu sus la suite après-guerre…

Il n’y a donc pas lieu de douter de l’humanité que tu as manifestée en ces circonstances et de ton courage. Mais pourquoi personne ne t-a vraiment interrogé à ce propos, ce qui t’aurait permis de te libérer de ce terrible poids ? Personne n’a vraiment cherché à connaître ton rôle de soutien moral auprès de ces innocentes victimes de la folie meurtrière nazie. Personne, je crois, ne t’a posé de questions, préférant vanter tes qualités humaines et ressasser, ce qui était exact, que tu n’occupais au sein de la police angevine que des fonctions subalternes. On aurait aimé que tu affirmes toi-même ton ignorance du zèle de tes chefs et de ceux de la gendarmerie française qui, au-delà des exigences allemandes, procédèrent en Anjou à l’arrestation de vieillards et d’enfants. En prétextant avec cynisme, qu’il serait inhumain de séparer les familles !

Bien sûr, tu n’as pas relaté à ta famille tout ce que tu as vécu ou ressenti durant ces événements Qui sait si ce drame n’a pas été un des éléments déclenchant de l’infarctus qui te terrassa six ans après la guerre? Tu n’as pas tout dit à l’époque, y compris à ta femme et tes enfants, car on ne peut exprimer l’indicible ! Ainsi, ce n’est que bien des années après, au début des années soixante-dix que j’ai su que tu avais aidé discrètement la résistance en confectionnant de fausses cartes d’identité. J’ai su que tu te déclarais gaulliste pendant la guerre et que dans les sous-sols de ton commissariat du 4ème, tu écoutais radio Londres sur un poste à galène avec quelques collègues qui refusaient la loi de l’occupant. Tu assistais à des réunions secrètes dans des entrepôts de la rue Dupetit-Thouars, réquisitionnés par les troupes allemandes. C’est ici que tu fournissais des faux-papiers et des informations à des résistants.

En septembre 2009, la survenue brutale de mon infarctus du myocarde sur la voie publique non loin de l’hôpital Ambroise Paré à Boulogne-Billancourt m’a rapproché de toi. J’ai ressenti ce que tu as du ressentir en septembre 1951 au carrefour de la rue Saint Léonard et de la rue des Trois Moulins à Angers, sur le trottoir de la clinique des Augustines, lorsque apparurent les premiers symptômes de l’accident cardiaque qui devait t’emporter quelques jours plus tard!  Chez toi!  Car les religieuses qui t’avaient porté secours, t’ont renvoyé chez toi, estimant que tes douleurs thoraciques étaient sans conséquence.  Elles t’ont viré de la clinique des Augustines.  Augustine, le prénom de ta mère ! C’est là que j’ai compris que nous étions du même bois ! C’est là aussi que j’ai compris que ma volonté farouche de combattre l’antisémitisme – y compris dans ses modernes formes perverses – trouvait son origine dans un sentiment de culpabilité, hérité des rafles de juillet 1942, qui t’avait terrassé près de la clinique des Augustines.

Tu l’auras observé, ma difficulté à t’écrire ne résultait pas seulement d’une absence de mémoire mais d’une mémoire trop chargée de souvenirs incertains pour s’en revendiquer sans y regarder d’un peu plus près. Et surtout, sans comprendre, à qui je m’adressais réellement. Aujourd’hui, je le sais et j’en suis plutôt fier. J’ai franchi les étapes de notre « réconciliation » après une mésentente qui n’eut jamais lieu… Je sais que tu n’as été le cocu de personne, ni de ton frère, ni de ton père, comme on l’a dit aussi et que c’est bien toi, et personne d’autre qui participait au défilé de la victoire avec son régiment le 14 juillet 1919 sur les Champs Elysées.

Je t’embrasse »

Read Full Post »

 Je ne me plains pas. Il y a trois mois, lorsque j’ai ouvert ce blog  – 6 bis rue de Messine  – ainsi nommé par référence au domicile de mon enfance en Anjou, je ne m’attendais pas à crouler sous une avalanche de visites ou de commentaires bienveillants et j’espérais échapper à des critiques acerbes. Je me préparais plutôt à l’indifférence, sachant que nul n’est prophète en son pays et qu’il l’est encore moins auprès des siens. D’ailleurs, de prophètes, on n’en a cure. Au moment où je rédige ces lignes, l’actualité confirme que cette vieille corporation de charlatans et d’alchimistes irresponsables, qui prétend diriger nos sociétés et guider nos consciences, continue allégrement de sévir…Son bilan n’est pourtant pas probant et son obsession à nous culpabiliser sur des promesses de félicité qu’elle n’a jamais su tenir, est franchement suspecte et devrait la disqualifier à jamais. Que n’écoute-t-on plus ce poète persan du 11ème siècle de notre ère, Omar Khayyâm qui écrivait dans ses Robaïyat : « Pauvre homme, tu n’es sûr de rien. On te promet le paradis… Tâche plutôt, je te le dis, ici-bas de créer le  tien »

Pour ma part, n’aspirant pas au statut de sage, je ne prétendais donc pas en créant ce blog, énoncer des vérités universelles dont nos ancêtres auraient été les détenteurs et qu’on aurait oubliées. Leur existence n’a en fait rien d’exemplaire ni de condamnable. Nous en sommes simplement les héritiers. Leur monde n’était ni plus attractif, ni plus serein, ou écologique que le nôtre, il nous a simplement précédés et c’est largement suffisant pour qu’on s’y intéresse.

Prétendant en revanche montrer la permanence de la condition humaine aux travers de quelques pépites glanées ici ou là dans un passé encore récent, mon ambition était donc plus modestement de faire de ce blog, une sorte de brocante virtuelle des faits ou des traditions orales familiales et de les mettre à la disposition des générations futures. Charge à elles, éventuellement, de se les approprier et d’en faire bon usage.    

Bien entendu, à l’instant où je posais les premières pierres et rédigeais mon premier billet, j’avais en tête une « population-cible » – comme on dit maintenant – que j’avais identifiée comme étant celle directement et « naturellement » intéressée par cette mémoire patrimoniale, à savoir la génération de mes petits-enfants et petits-neveux ou nièces, qui sont presque tous nés avec le 21ème siècle. Pour eux, en effet, le vendéen Georges Clémenceau, contemporain de mes arrière-grands-parents et grands-parents est aussi éloigné que Napoléon l’est de moi. Cette cohorte de bénéficiaires putatifs peut bien sûr être étendue aux cousins et petits-cousins et au-delà !

 Bref, dans le même temps où je définissais ma cible, je prenais conscience d’un étrange paradoxe: les lecteurs utilisateurs de cette « tool-box » à remonter le temps ne viendraient pas de sitôt me lire. En tout cas, pas tout de suite et pas tous seuls. Les plus âgés de mon public potentiel a en effet moins de dix ans. Je n’escomptais donc pas accrocher, ne serait-ce que furtivement, son attention – encore moins capter son intérêt – avant quelques années, le temps que mes vieilles rengaines prennent la poussière et que leur découverte au détour d’un zapping en fasse la saveur et leur confère de la valeur. Je me disais que j’avais toute l’éternité cendreuse pour moi. 

Cette objection méthodologique aurait été dirimante si j’avais visé la notoriété. Comme ce n’était pas mon cas, c’est en toute sérénité sur l’absence d’impact que j’ai mis en ligne mes historiettes, me disant que peut-être un jour, elles intéresseront l’un de ceux ou celles, auxquelles elles étaient destinées… Mais je ne nourrissais pas d’illusion sur un succès immédiat. Fût-il d’estime pour l’auteur vieillissant que je suis.

Je n’ai donc pas sonné le cor au fond des bois ou dans les HLM pour alerter sur la création de ce blog. Je n’ai pas cherché par une publicité tapageuse, à obliger les mieux intentionnés à mon égard, à cliquer comme des malades sur leur clavier pour m’être agréable. Au fond, j’aimais assez le paradoxe qui voulait que ce petit travail s’adresse à des personnes qui, n’avaient pas encore l’âge ou les moyens d’en prendre individuellement connaissance. L’idée était d’en faire investissement à long terme.

La divine surprise provient du fait qu’en dépit d’une sortie discrète, ce blog qui s’est progressivement enrichi d’écrits d’autres membres de la famille est l’objet de consultations quasi quotidiennes de la part d’inconnus et qu’à ma grande surprise et satisfaction, il monte régulièrement en puissance. Je m’en félicite et remercie tous ceux et celles qui veulent bien y manifester de l’intérêt. J’y trouve là un regain de motivation mais également des obligations nouvelles, car je me dois d’être à la hauteur des attentes qu’ils expriment, si j’en juge par les requêtes des moteurs de recherche… Je reconnais ne pas avoir entrevu au départ ce public improbable. Je ne le renie pas. Au contraire! Aussi, sans remettre en cause mon projet initial, il n’est pas impossible que cette rencontre me conduise à enrichir ma « ligne éditoriale » et que j’y apporte des rubriques complémentaires que je n’avais pas envisagées… J’y réfléchis !

Read Full Post »