Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Grands singes’

Le numéro 533 de mars 1978 du mensuel « La Recherche » signale la découverte à la fin de l’année 2017, d’une nouvelle espèce d’orang-outan au nord de l’île de Sumatra, que les primatologues ont appelée «Pongo Tapanuliensis ». Pour les  profanes de mon espèce, rien que son nom quasi imprononçable est une curiosité. En tout cas, tout un programme!

Mais au-delà de ce curieux nom de patricien de l’empire romain décadent, et qui constitue sans doute une difficulté pour devenir intimes, il faut être lucide: ce n’est pas parce que les « taxonomistes » l’auraient affublé d’un patronyme plus parlant dans le genre « Marcel » ou « Dupon avec un « t » ou un « d » terminal, qu’on se serait plus réjoui de sa venue dans la grande famille des homininés et même des hominidés, nos chers aïeux. 

Tous les passionnés de généalogie le savent : c’est toujours la fête, lorsqu’au détour d’archives, on déniche un fil d’Ariane qui laisse entrevoir un nouveau cousinage. Comment en effet ne pas s’enthousiasmer lorsque notre arbre s’enrichit sur une de ses plus hautes branches de rameaux jusqu’alors masqués par les frondaisons foisonnantes des embranchements plus accessibles?

N’empêche que dans le cas de notre « Pongo », il était plus que temps qu’on fasse sa connaissance, car, selon les scientifiques, on n’en dénombrerait plus guère actuellement que huit-cents à l’état sauvage ! Autant dire qu’on découvre ce lointain cousin au moment où la branche sur laquelle il est assis est en train de pourrir. L’espèce des « Pongo Tapanuliensis » est en train de disparaître sous les coups de boutoir destructeurs de la civilisation envahissante de l’Homo Sapiens, qui détruit irrémédiablement son écosystème… Devenu « migrant » ou « SDF » dans sa propre forêt, notre malheureux Pongo se retire silencieusement de l’Histoire du monde alors qu’il n’a pas encore franchi le pas de la porte!

Dessin Hergé (Tintin)

Fort de cet attristant constat, la revue s’efforce alors d’étendre son analyse démographique à l’ensemble des « grands singes » , catégorie générique à laquelle le nouvel arrivant appartient, et dont il est symboliquement le dernier « presque mort-né ».

Le résultat est édifiant. Sur les cinq continents, nos « proches » cousins dans la chaîne de l’évolution, à savoir les orang-outan, les gorilles mais également les bonobo ou les chimpanzés, semblent sérieusement menacés « d’extinction ». Tous ensemble, ils ne seraient plus – au mieux – que 765000 à l’état sauvage.

Bref, on compterait moins d’un million de « grands singes », à comparer avec les 7,44 milliards « d’Homo sapiens » !

Homo sapiens est donc manifestement redoutable!  Car après avoir dominé et éliminé, au cours des quarante mille dernières années, toutes les autres espèces humaines, comme l’homme de Néandertal, l’homme de Denisova et d’autres de ses concurrents potentiels, il s’attaque désormais à l’existence de toutes les autres espèces cousines…

Ce projet criminel – hypocritement non revendiqué – est néanmoins sur le point d’aboutir…Ainsi, ayant éradiqué tous ceux qui lui ressemblent, il jouira d’un fallacieux sentiment de jouissance perverse et de domination du monde vivant…

Et après?

Après, il s’en prendra probablement à lui-même, avec la même efficacité et avec le même cynisme, en inventant de nouvelles classifications ou justifications pour éliminer les plus fragiles. D’ailleurs, cette suite mortifère est déjà bien engagée…

C’est pour l’entraver qu’il faut sauver « les grands singes » en dehors des zoos.  Pour nous sauver nous-mêmes!

PS: Ce billet est complémentaire sur la même thématique de mon papier publié ici en septembre 2014   » Salut les Denisoviens« .

 

Read Full Post »