Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Droit du travail’

D’une manière générale, j’hésite à faire ma propre pub! Du moins, de façon trop visible…

Aujourd’hui, je déroge à cette règle car je me dis que si je ne m’y mets pas, en m’affranchissant de toute fausse modestie, personne ne se coltinera cette tâche à ma place! Personne n’y trouvera évidemment intérêt, sauf au jour plus ou moins éloigné, où tout le monde converti à ma cause ne tarira plus d’éloges sur mon compte… Mais ce jour-là, ce revirement soudain aura son explication. Définitivement dégriffé, je serai devenu l’homme, que, selon les cas, on pleurera ou on regrettera, et qu’on ne critiquera plus qu’à voix basse. L’hommage sera alors « officiellement » quasi-unanime, comme toujours en pareilles circonstances … Et les généalogistes ajouteront une date sur mon arbre!

En attendant, je me vois contraint de faire ma pub moi-même, bien que cette autopromotion ne relève d’aucune urgence.. En outre, je suis conscient qu’elle pourrait être interprétée par mes détracteurs comme une inconvenante manifestation narcissique. Et à ce titre, apparaître au plus grand nombre, comme superfétatoire et injustifiée, et surtout imméritée!

Tant pis, l’un dans l’autre, je m’en moque. A la limite, je serais même flatté qu’on réprouve cette innocente démarche!

L’exercice est cependant délicat, car si l’on tolère sans trop barguigner, que je m’intéresse aux exploits de mes aïeux, l’on admettra plus difficilement que je déborde des lignes autorisées de la bienséance discrète jusqu’à me mettre en scène, surtout si c’est à mon avantage. Un second, troisième couteau ou quatrième ne doit jamais revendiquer la lumière.

Pourtant, si aujourd’hui je ne résiste pas à cette « réclame pro domo » – sans néanmoins me fendre d’un plaidoyer trop tapageur – c’est d’une part, parce que je n’en attends rien, et d’autre part, que c’est au hasard d’un « tri sélectif » de documents – dont je m’encombre depuis tant d’années – que j’ai redécouvert cet exemplaire de 1989 du journal mensuel de documentation politique, édité par la Ligue des Droits de l’Homme! Je crois au hasard.

 

Et là, je m’autorise avec une certaine fierté rétrospective non dissimulée à en rendre public le sommaire. Je n’en reviens pas! J’y figure aux côtés d’une prestigieuse brochette de personnalités.

Clairement, parmi les auteurs de ce numéro, je suis probablement le seul à n’avoir pas été, ultérieurement, au-delà, de cette furtive incursion dans la cour des grands. Obscur gratte-papier, je  suis retourné rapidement dans ma niche…

Mon article que j’ai relu pour l’occasion, était d’ailleurs assez technique, puisqu’il traitait de la place du droit du travail dans les « textes communautaires »! Il se situait après l’Acte Unique européen qui modifiait les traités de 1957 dans le sens d’une plus grande intégration, et, quelques années avant Maastricht…. Mais c’était surtout une période où l’on croyait encore à une Europe intégrée, une Europe des peuples, porteuse de paix et de prospérité, et régulatrice des rapports de force à l’échelle mondiale…Et ce, quelle que soit la place que l’on occupait dans l’échelle sociale, fût-elle modeste!

C’était l’époque où la construction de l’Union européenne ne se confondait pas encore avec le cours d’un euro qui n’existait pas encore. C’était un temps où toutes les politiques ne se résumaient pas à l’économie et à l’observation vigilante des places boursières. C’était encore le temps de l’enthousiasme européen et des utopies d’après-guerre!

C’était enfin l’année du bicentenaire de la Révolution Française.

Ça n’a pas duré.

La conclusion de mon article était la suivante:

 » A l’évidence le modèle social à construire devra se fonder sur celui existant en évitant le dumping social mais aussi l’uniformisation des droits du travail… Un écueil devra également être évité: vider la concertation nationale de son contenu; c’est pourquoi, il est nécessaire d’envisager la mise en place au niveau national comme au niveau communautaire des structures adaptées de consultation des partenaires sociaux »

Et de fait aujourd’hui, le droit européen du travail a tendance à s’uniformiser dans une Union européenne technocratique et pléthorique… mais plutôt par le bas, sans que l’écueil du dumping ait pu réellement être évité!

Du coup, ça rend l’ego nostalgique! Et je me dis que j’ai du rater une marche. Ou une aubaine.

Read Full Post »