Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘CSG’

En augmentant le taux de la contribution sociale généralisée (CSG) des retraités prétendument « aisés », c’est-à-dire, tout bonnement, de ceux qui bénéficient d’une retraite de l’Assurance Vieillesse de la Sécurité sociale à taux plein après plus de quarante ans (et quelques) de vie active, le Président de la République, Emmanuel Macron désigne clairement les sacrifiés de son projet politique et économique pour la France: les vieux !

L’objectif est d’ailleurs clairement assumé : il s’agit de favoriser « les actifs » au détriment des inactifs, donc des retraités. Et parmi ceux-ci, en bon gestionnaire de fortune, le président cible les cohortes potentiellement les plus solvables, les plus nombreuses et jusqu’à présent les moins turbulentes, à savoir, les retraités des classes moyennes! C’est tout bénef…La ficelle est habile bien que la méthode soit non seulement classique mais carrément éculée, pour quelqu’un qui prétend vouloir bousculer les standards, les habitudes et les dogmes, et rénover la politique.

Le motif invoqué est, en théorie, sans appel: le président avec une perspicacité qui ne convainc plus guère que ses groupies inconditionnelles, s’est opportunément aperçu que les vieux qu’il entend surtaxer, détiennent – précisément parce qu’ils sont vieux – un patrimoine en général plus élevé que celui de leurs enfants et petits-enfants ! Ce constat d’évidence partagé depuis des lustres par le commun des mortels, est pourtant présenté comme une découverte anthropologique de première importance par les prosélytes et thuriféraires du nouveau maître de l’Elysée. A telle enseigne que cette trouvaille a totalement tétanisé les lobes cérébraux du ministre de l’économie et des finances, une tête d’œuf dans la plus pure tradition technocratique française, qui n’a pas hésité à virer de bord, et à contredire des convictions qu’il s’était évertué à argumenter, la main sur le cœur, dans un document de mille pages, il y a moins d’un an! A l’époque, il jurait ses grands dieux, avec des trémolos de sincérité dans la voix, qu’une de ses premières mesures serait de baisser la CSG pour redonner du « pouvoir d’achat » à tout le monde, y compris aux retraités!

Depuis, cet opportuniste bon chic bon genre, adepte de l’intérêt général à géométrie variable, a rengainé son compliment ainsi que ses critiques à l’égard de celui dont il cire aujourd’hui les pompes et qu’il considérait « avant » comme un homme « sans projet parce que sans conviction ». Ce danseur mondain de la politique qu’on appellera ici Bruno doit désormais se repentir d’un tel jugement définitif qu’il a d’ailleurs renié… et qui, en toute rigueur, n’était pas justifié, car le jeune et roué Emmanuel avait dans ses sacoches un authentique projet, celui notamment de « faire casquer les vieux ». Et qui, mieux est, en ressuscitant une sorte de néopétainisme larmoyant, basé sur l’incrimination de l’indolence passée de ses futures victimes, supposées être responsables de tous les maux du présent.

Du grand art! Car le fanfaron, ci-devant banquier d’affaires, qu’on n’avait pas vu arriver, a même réussi l’exploit d’abuser nombre de ses proies désignées, qui lui apportèrent leurs suffrages, leurs têtes sur un plateau et le corps pour se faire tondre!

Le tour de force réside dans le fait qu’en dépit d’une réduction significative du montant des retraites, conséquence mécanique d’une augmentation de la CSG, les mauvais coucheurs qui s’aviseraient aujourd’hui de protester seraient perçus comme des éléments subversifs, autrement dit de piètres français qui ne souhaiteraient pas « le redressement » de leur pays.  En effet, il n’y a en principe pas lieu de se plaindre, car cette réforme « vendue » comme vertueuse pour l’emploi des actifs, est aussi présentée cyniquement, comme une mesure de justice sociale.

« L’effort » de solidarité que les vieux sont invités à consentir en contrepartie de leur insouciance passée ne serait qu’une disposition compensatoire des dommages qu’ils ont infligés par paresse ou apathie, à la jeunesse dynamique actuelle qui ne demande qu’à produire des richesses, et « réussir », au nez et à la barbe,  des inactifs, « qui ne sont rien » (selon une heureuse expression présidentielle).

Ce durcissement de la fiscalité anti-vieux, n’est en fait qu’un des volets d’une politique globale en défaveur des « anciens », que l’apprenti despote s’apprête à déployer.  D’autres réformes « structurelles » – également au désavantage des catégories les plus âgées – sont à craindre, dans la droite – très droite – ligne des « engagements » de campagne du nouveau tartarin élyséen.

En effet, il a, par exemple, répété à maintes reprises – parfois avec des accents hallucinés de prêcheur évangéliste – qu’il entendait aussi réformer les régimes des retraites ! Pourquoi pas d’ailleurs s’il ne s’agissait que de revisiter des régimes spéciaux imposés par l’histoire dans des secteurs d’activité autrefois pénibles voire stratégiques, et devenus obsolètes du fait de l’évolution des enjeux et des métiers !

En réalité, au-delà des ajustements nécessités par les évolutions de la démographie et de l’espérance de vie depuis plusieurs décennies, le jeune prétendant à la magistrature suprême avait aussi laissé entendre – ou laissé dire – qu’il ne se contenterait pas, comme ses (piteux) prédécesseurs de rechercher l’équilibre des comptes en jouant sur des variables paramétriques comme le niveau des pensions, les cotisations ou l’âge de départ, mais que son intention était de « transformer » fondamentalement la philosophie d’un système issu de la Libération et qui, selon lui, avait vécu ! (Faudra s’y faire car la « transformation en profondeur » d’une société déliquescente est devenu son credo, une sorte de T.O.C.).

Selon lui, le régime général des retraites versé par la Sécurité Sociale est dépassé, et, par conséquent, pénalisant pour faire entrer la France dans la modernité. Du moins dans sa conception de la modernité, où les places financières dictent leur loi aux Etats. Sans entrer dans le détail des mesures envisagées, qu’il n’a d’ailleurs jamais clairement explicitées, l’idée générale qui semble ressortir des propos d’Emmanuel Macron, serait d’abandonner le principe de solidarité intergénérationnelle, et de fonder un nouveau système de retraite pompeusement qualifié « d’universel » sur un capital de points acquis, où chaque euro cotisé ouvrirait un droit identique à pension.

Dans ces conditions, la réforme peut être annoncée comme la conquête d’une liberté nouvelle puisque la date et l’âge de prise de la retraite peuvent être laissées à la libre appréciation du bénéficiaire, après calcul du montant de la rente à partir du capital de points accumulés… Moyennant quelques adaptations, cela reviendrait, à peu près, à généraliser, le mécanisme des pensions par capitalisation de certaines retraites « complémentaires ». Ce système favorise forcément les carrières professionnelles continûment ascendantes, mais désavantagera ceux qui, du fait des aléas de la vie, de la précarité, du chômage ou des contraintes à la reconversion, ne pourront jouir d’un cursus professionnel ininterrompu et linéaire et subiront des à-coup salariaux.

Dans l’univers macronnien tel qu’il se dessine, ces inconvénients semblent être de second ordre! L’aristocratie de ce nouvel empire n’est pas constituée de cette clientèle de petites gens, fantômes improbables d’un passé à oublier d’urgence. Le devant de la scène est désormais occupé par ces jeunes dirigeants, biberonnés à la « révolution numérique », qui vivent dans l’illusion de « transformer » le monde derrière les écrans tactiles de leurs tablettes. Les choyés du pouvoir sont ceux qui d’un seul clic peuvent disqualifier une entreprise située aux antipodes.

Dans cette perspective, chaque génération d’actifs – idéalement jeune et animatrice de « start up » – constituerait sa propre retraite, sans avoir à se préoccuper de la génération précédente. Une prochaine et salutaire étape de cette nouvelle idéologie serait de limiter le consumérisme médical chez les vieillards devenus trop nombreux et dispendieux, en réduisant par exemple la prise en charge des soins par la sécurité sociale, et d’ouvrir des maisons de suicide assisté pour ceux que cet acharnement discriminatoire finirait par déprimer.

Derrière les arguments comptables ou financiers et les justifications économiques besogneuses avancées, c’est bien d’une mise à l’écart des anciens dont il s’agit, et même d’une véritable guerre qu’on leur mène, presque à visage découvert !

Les vieux n’ont progressivement plus d’autre place que celle du mort dans la société, du moins telle qu’elle semble se définir sous l’ère Macron. Non qu’on nourrisse une animosité ou une hostilité franche à leur égard, mais tout simplement parce que identifiés comme inactifs, ils sont inutiles dans le contexte d’une vision ultralibérale d’un « progrès » où l’essentiel réside dans la production de richesses matérielles et surtout financières…

On frémit à l’idée que cette conception préfigure la réalisation de la société imaginée en 1966 par l’écrivain italien Dino Buzzati (1906-1972) dans une effrayante nouvelle philosophique « Chasseurs de vieux ». Les plus de quarante ans, méprisés par les générations plus jeunes y sont pourchassés de nuit, jusqu’au meurtre ou au suicide ! La morale n’intervient qu’au jour où les chasseurs s’aperçoivent qu’ils vieillissent et qu’ils ont, eux aussi, vocation, à prendre la place du gibier !

Au delà des prétextes de trésorerie qui fondent les réformes en cours à l’encontre des vieux, cette attitude du pouvoir en place de vouloir dresser une classe d’âge contre une autre est une très mauvaise action, car, qu’on le veuille ou non, elle tend sinon à abolir, du moins à fragiliser la solidarité informelle mais réelle qui traverse depuis toujours les générations. Et ce faisant, en plus des souffrances intimes qu’elle ne manquera pas de provoquer, elle risque de porter atteinte à la cohésion de la société. Laquelle repose précisément sur la compréhension transgénérationnelle naturelle, spontanée, et sur la nécessaire complicité des classes d’âges…

Derrière des mesures qui peuvent, en première intention,  apparaître techniques ou anodines, et mêmes « indolores » pour ceux qui observent les difficultés des autres sans les subir, du haut de l’Aventin, c’est la paix sociale, l’harmonie familiale et même une certaine vision humaniste du « vivre ensemble » – à l’origine notamment des droits de l’homme – qui sont mises en péril, au travers de cette guerre civile larvée, voulue et artificiellement déclenchée par les pouvoirs publics …

Personne ne sort jamais vainqueur d’une guerre civile, a fortiori avec son propre père! Et en l’occurrence, pour quelles conquêtes et pour quels bénéfices? 

En augmentant imprudemment la CSG et en s’attaquant aux vieux, il se pourrait bien que le sournois président ait ouvert la boite de Pandore, et montré ainsi les limites de sa clairvoyance. Il peinera à la refermer! D’autant que d’autres sont aussi l’objet de son aversion: les pauvres. Ils sont nombreux également!

Read Full Post »