Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Adrienne Venault’

La ville d’Angers fut libérée du joug nazi par l’armée américaine du général Patton, le 10 août 1944!

Ce jour-là, en début de soirée, Michel Debré (1912-1996) alias « Jacquier » dans la Résistance, qui avait été nommé commissaire de la République par le Général de Gaulle, se présenta seul auprès du préfet régional pétainiste Charles Donati en train de dîner ! Sans s’embarrasser d’inutiles circonvolutions rhétoriques ou de convenances protocolaires, il lui notifia sans ambages que la République était rétablie et que désormais c’était lui, au nom du gouvernement provisoire, qui assurait la représentation de l’Etat dans la capitale des ducs d’Anjou…

Le haut fonctionnaire déchu s’y attendait. Aussi, accueillit-t-il l’intrus sans broncher et reçut la nouvelle sans élever la moindre protestation ou objection, et sans prononcer de déclaration solennelle qui l’aurait dédouané de sa servilité passée auprès de l’ennemi ou qui l’aurait statufié devant l’histoire. Bon prince, le nouveau patron des lieux accorda à Donati, un quart d’heure pour débarrasser son bureau, quitter ses appartements et la préfecture! Et peut-être – qui sait – terminer à la hâte, son dernier repas dans la salle à manger autrefois monastique de l’hôtel de la préfecture, ci-devant abbaye Saint-Aubin….

Dès lors, le nouveau préfet de région s’attela sans tarder à ses fonctions! Le reporter du journal Ouest-France  le décrivit en ces termes: « A le voir si jeune et si actif dans le grand bureau de la Préfecture où il nous reçoit – sa porte est ouverte à tous – on ne peut manquer d’évoquer les grandes figures des jeunes conventionnels qui firent la 1ère République et dont il est, à coup sûr, le descendant et le continuateur. »

Michel Debré dans son bureau à Angers

Pendant ce temps, dans le centre-ville d’Angers, dans les quartiers périphériques ou dans les faubourgs, l’annonce de la Libération se répandit comme une traînée de poudre, tandis que les troupes américaines qui avaient massivement franchi la Maine dans la matinée, investissaient méthodiquement les lieux publics et les grands boulevards , et s’installaient pour bivouaquer dans certains parcs ou jardins, comme le Jardin Fruitier, rue Desmazières, en face de l’appartement de mes grands-parents maternels…

Après quatre ans d’occupation nazie, la population pouvait enfin sortir, faire la fête et hurler sa joie de retrouver la liberté, même si quelques francs-tireurs isolés, soldats oubliés de l’armée allemande en déroute, ou des miliciens désemparés, encore habités par leurs chimères, persistaient, ici ou là, à faire le coup de feu! Comme pour sauver un honneur perdu de longue date, ou tenter d’exorciser leur sort désormais désespéré et irrémédiablement scellé.

Partout, c’était l’allégresse, dont se souviennent encore avec la même émotion les témoins d’alors, aujourd’hui nonagénaires.  Partout, refleurirent des drapeaux tricolores, sortis de la naphtaline des caves ou des greniers dans lesquels ils dormaient depuis quatre ans… comme des champignons comestibles regardés avec gourmandise dans une clairière enfin ensoleillée après une nuit pluvieuse. Tous les bâtiments officiels étaient pavoisés, tandis que des G.I., rigolards sur leurs chars Patton et acclamés par la foule, distribuaient des cigarettes américaines en privilégiant les jeunes filles peu timides qui escaladaient le fût de leurs canons, avides peut-être, ultérieurement, d’autres performances plus festives encore avec ces beaux gars bien nourris venus du Far West !

Pour les nouvelles autorités préfectorales, la tâche était écrasante, car au-delà des nids de résistance nazie qu’il fallait définitivement réduire, il convenait aussi de maintenir un semblant d’ordre public, ne serait-ce que pour éviter, au nom d’une « juste épuration », des jugements expéditifs et sommaires, des débordements de violence et même des règlements de compte privés, auxquels la population soudainement décomplexée après des années de privation, de répression et de silence, pouvait être tentée de se livrer à l’égard de ceux ou celles qu’elle accusait à tort ou à raison d’avoir pactisé avec l’ennemi…Mais surtout, il fallait assurer l’approvisionnement de la ville pour nourrir des habitants déjà passablement affamés par quatre ans de disette et d’ingestions forcées de topinambours et de rutabagas.

Comble de difficulté, il n’y avait plus de maire pour relayer les instructions préfectorales et prêter main forte aux services de l’Etat, eux-mêmes passablement désorganisés du fait de la défection prudente ou « suscitée » de quelques fonctionnaires hiérarchiques, un peu trop compromis avec le régime de Vichy.

En outre, Michel Debré, en homme avisé malgré sa jeunesse, se méfiait des résistants de la dernière heure, qu’il croisait dans les couloirs de la préfecture, et dont il pressentait, non sans motif, que leur zèle à passer à l’action avait parfois pour motivation l’occultation de leurs propres et encore récentes zones d’ombre. Voire dans certains cas, de leurs odieuses turpitudes. Il craignait que certains, mus par une soif de justice aussi dévorante que peut-être intéressée – et que ne pouvait justifier à lui seul un amour aussi soudain qu’intempestif de la patrie – ne s’arrogeassent des droits ou des prérogatives sans rapport évident avec le service de l’intérêt général…

Disons, pour faire simple, que la situation était complexe et c’est la raison pour laquelle il était nécessaire de hiérarchiser les priorités. Parmi celles-ci, le rétablissement dans les meilleurs délais d’un état de droit et de l’autorité des pouvoirs publics était primordial… Ainsi, dès le 30 août 1944, après une rapide instruction pour détecter de dirimantes incompatibilités pour faits de collaboration trop manifestes avec le régime de Pétain, un arrêté préfectoral rétablit vingt-quatre des conseillers municipaux de l’ancienne équipe, en désigna treize nouveaux et renomma premier magistrat de la ville, Victor Bernier (1868-1952) l’ancien maire d’Angers, démissionnaire depuis le 30 mars 1944.

Victor Bernier
Salon d’’honneur de l’’hôtel de ville

Le vieil homme (76 ans) s’était distingué par son courage en juin 1940 en se portant au-devant des panzers allemands sur la route de Paris, flanqué du préfet Pierre Ancel (1885-1966), pour déclarer « Angers ville ouverte », et ainsi lui épargner « les horreurs et les dangers d’un combat de rue » et la destruction. Le commandant allemand de l’unité blindée avait en effet menacé par un message télégraphié d’être sans pitié pour « cette jolie ville » en cas de résistance armée. Ceint de son écharpe tricolore et brandissant un drapeau blanc, Victor Bernier avait ensuite accompagné les chars ennemis jusqu’aux Ponts-de-Cé.

De surcroît, durant la longue et douloureuse épreuve de l’occupation, l’attitude du maire fut constamment digne, son seul souci étant de protéger ses concitoyens, sans faillir à l’honneur et sans manifester de sympathie pour l’ennemi.

C’était donc à un homme respecté, raisonnable, expérimenté que Michel Debré faisait confiance et renouvelait les fonctions. Un homme qui connaissait parfaitement les rouages de l’administration communale qu’il avait en effet dirigé sans discontinuer depuis 1935 après avoir exercé un premier mandat à la fin de la première guerre mondiale…

La charge qu’on lui confiait était cependant temporaire, car l’objectif était d’organiser des élections municipales régulières le plus rapidement possible, de telle sorte que les édiles municipaux retrouvent rapidement une authentique légitimité issue des urnes… Parmi les conseillers municipaux rétablis dans leur fonction par Michel Debré, figurait un certain Auguste Allonneau (1885-1963), un ancien édile socialiste, professeur de mathématiques au Lycée David d’Angers, élu depuis 1929 et révoqué par le régime de Vichy en 1940 de l’enseignement et de ses fonctions électives.

Confortés par cette indispensable remise en ordre des institutions et des services officiels, Michel Debré et Victor Bernier administrèrent, tant bien que mal, la ville pendant les premiers mois qui suivirent la Libération, veillant en premier lieu au ravitaillement en vivres et en combustibles…Mais pas seulement, car, au-delà des déclarations d’intention, il fallait aussi restaurer les pratiques démocratiques après des années de dictature, et notamment préparer les élections municipales prévues au printemps 1945…

A cette fin, le corps électoral devait être totalement remanié, non seulement pour l’actualiser – ce qui n’avait pas été opéré depuis plusieurs années – mais surtout le compléter pour y intégrer les femmes qui, pour la première fois, dans l’histoire de la République, étaient appelées à voter et étaient éligibles. …Enfin, certaines questions devaient être tranchées comme l’inscription sur les listes électorales des militaires engagés dans les armées alliées en Allemagne, ou encore, des prisonniers ou des ouvriers du STO qui n’avaient pas encore rejoint leurs foyers… Questions souvent plus délicates qu’il n’y parait, car, pour certains d’entre eux, on ignorait s’ils étaient encore en vie…

Après une campagne électorale assez mouvementée au cours du printemps 1945, où beaucoup de clivages politiques d’avant-guerre – souvent surannés – réapparurent sous les préaux d’école, le premier tour du scrutin eut lieu le 29 avril 1945…Six listes sollicitaient le suffrage des angevins, qui représentaient l’ensemble de l’échiquier politique d’alors, à l’exception, bien sûr, des nostalgiques du pétainisme dont les partis avaient été dissous et interdits.

Eu égard aux modalités de vote, ce premier tour ne fut pas décisif,  puisque il ne permit pas de pourvoir un seul siège de conseiller municipal!

Au second tour, qui se déroula le dimanche 13 mai 1945,  les partis de gauche formèrent une liste unique « d’union démocratique et antifasciste » conduite symboliquement par un résistant angevin, républicain de toujours, ancien conseiller municipal, Louis Imbach (1881-1945) qui, en fait, était déjà mort dans le camp d’extermination de Mauthausen.

Malgré l’absence de son leader, c’est cette liste de large d’union à gauche, qui  remporta l’élection face à la liste apolitique « républicaine modérée d’union et d’action municipale. Le Mouvement républicain populaire (MRP), un parti démocrate-chrétien nouvellement créé et issu de la Résistance, refusa de participer au vote, considérant que son positionnement centriste l’empêchait de se rallier à l’un ou l’autre des « deux blocs » en lice.

Cette défection du MRP fut certainement regrettée par nombre d’électeurs modérés, lassés des excès de tribune de la droite et de la gauche. Mon grand-père maternel Louis Turbelier (1899-1951) était sûrement de ceux-là. Sans être politiquement engagé, on sait qu’il se revendiquait d’une forme paisible de démocratie chrétienne, protectrice de la famille et des plus démunis, sans nourrir l’ambition d’ébranler les fondements d’une société angevine séculaire. Mais, il ne livra jamais la moindre confidence sur la manière dont il se détermina ce jour-là de 1945, à supposer même qu’il eut décidé de s’exprimer en faveur d’un camp ou d’un autre. Il est parti en emportant le secret de l’isoloir dans sa tombe.

En revanche, pour son épouse – ma grand-mère – Adrienne Venault (1894-1973), la présomption est grande que son premier vote se soit porté vers la liste estampillée « apolitique » c’est-à-dire de droite, face à la gauche socialo-communiste. Dans ma famille paternelle, les choix étaient probablement plus incertains, même si l’on peut raisonnablement supposer que mon grand-père paternel Marcel Pasquier (1892-1956), adhérent cheminot de la CGT à la gare Saint-Laud, ait préféré la liste de gauche !

Cinq jours après le vote, le 18 mai 1945, un conseil municipal extraordinaire décida d’élire Auguste Allonneau, maire d’Angers avec un premier adjoint communiste. Il le resta jusqu’en 1947 et devint ainsi le premier maire socialiste d’Angers. En 1946, il sera même élu député SFIO du Maine-et-Loire, mandat qu’il exercera au sein de la Commission des Finances de l’Assemblée nationale jusqu’en 1951. J’ai lu un de ses rapports sur la fibrose des mineurs d’ardoise (schistose) dans les archives des maladies professionnelles, lorsque, dans les années 1980 j’assurais le secrétariat de la commission des maladies professionnelles au ministère du travail.

Auguste Allonneau
Salon d’’honneur de l’’hôtel de ville

Auguste Allonneau était né le 24 juin 1885 à Cours, un petit village poitevin des Deux-Sèvres situé entre Parthenay et Niort, où ses parents Augustin Allonneau et Marie Patarin étaient cultivateurs… Élève puis étudiant brillant, il obtint une licence de mathématiques en 1908, qui lui ouvrit les portes d’une carrière professorale exercée d’abord dans différents lycées ou collèges de province, avant d’être affecté au lycée David d’Angers après la guerre de 1914. Une ville qui ne lui était pas inconnue, puisque c’était celle de son service militaire comme soldat du 6ième régiment du Génie, entre 1906 à 1908.

Durant la Grande Guerre, il fut d’abord mobilisé comme infirmier puis affecté comme professeur au Prytanée de La Flèche, pour finir dans les services auxiliaires lors de l’armistice de 1918. Sa découverte du mouvement socialiste (SFIO) était antérieure d’une dizaine d’années, en 1909, alors qu’il était prof de maths dans un collège à Manosque dans les Alpes du sud.

L’histoire du mouvement ouvrier retiendra de lui, qu’il fut un des congressistes de Tours à la fin décembre 1920 dans la salle du Manège, qui entérina la scission du mouvement socialiste et la création du Parti Communiste Français.

Il n’est d’ailleurs pas impossible qu’à cette occasion, mon grand-père Marcel Pasquier, alors cheminot à Saint-Pierre-des-Corps l’ait aperçu dans la délégation des militants de l’Ouest. Auguste Allonneau, proche initialement des « reconstructeurs » tels Marcel Cachin (1869-1958) ou Ludovic-Oscar Frossard (1889-1946), favorables à l’unification du mouvement socialiste français, y compris en y intégrant sa tendance bolchévique, se ralliera finalement à Léon Blum au sein de la « vieille maison » SFIO!

——-

Si mon billet n’avait porté que sur les premières élections municipales en Anjou après la seconde guerre mondiale, et sur l’évocation du mouvement socialiste angevin, j’aurais à cet instant pleinement rempli mon contrat. Et il ne me resterait plus qu’à brosser une édifiante et savante conclusion sur les difficultés de rétablir la démocratie après des années d’oppression.

Avec malice, je me serais peut-être aventuré à esquisser une comparaison hasardeuse avec l’actualité politique française et internationale. Peut-être même me serais-je livré à une ou deux petites provocations, destinées à réveiller un lecteur inattentif… Et pour éviter tout procès d’intention et préserver ma réputation déjà écornée d’homme de progrès social, je me serais sûrement fendu d’une conclusion moralisante dédiée aux bobos parisiens, de telle sorte que les générations futures si d’aventure, elles me lisaient, me perçoivent comme un sage assimilable à un Montaigne de banlieue parisienne, solitaire dans son bureau des bords d’un affluent de l’Orge, comme l’autre dans sa tour girondine.

Et bien sûr, j’aurais changé le titre de « mon oeuvre » qui évoque curieusement ma grand-mère, et qui n’aurait pas lieu d’être, en tout cas, sous la forme annoncée.

Bref, si j’avais rédigé ces lignes en fin d’année 2016, c’est ainsi que j’aurais procédé…

Tout a basculé en fait à la mi-février 2017

Je venais à peine de ranger mon encrier, après avoir rédigé un petit couplet sur le plus lointain de mes aïeux connus sous le titre un peu pompeux de « Généalogie quantique » (14 février 2017), lorsque le son cristallin émis par mon smartphone m’indiqua qu’un message venu d’ailleurs venait d’être intercepté par cet autre moi-même. Ce signal eut pour effet de m’extraire de la torpeur réparatrice dans laquelle m’avait englué l’émotion provoquée par ce grand-père à la quinzième génération qui aurait pu jouer aux cartes (géographiques) avec Christophe Colomb…

Le message venait sans doute de faire trois ou quatre fois le tour de notre planète bleue en jouant à saute-mouton d’un satellite à un autre, pour parvenir jusqu’au petit appareil qui m’est désormais aussi indispensable que ma télé ou mon lit. Il provenait en fait de la région nantaise, et son auteur était une auteure, en l’occurrence Rose l’Angevine, ma très honorée cousine généalogiste, bien connue des familiers de ce blog.

Elle m’informait qu’à l’issue d’une chasse à l’homme – ou à la femme – sans concession au travers des archives des Deux-Sèvres et à la faveur de ses accointances dans les différents cercles de chercheurs de crânes édentés du Grand Ouest, elle était parvenue à démontrer que le premier maire d’Angers – l’Auguste Allonneau évoqué ci-dessus – appartenait à la parentèle lointaine de ma grand-mère maternelle Adrienne Venault, dont j’écrivais, juste avant, qu’elle n’aurait certainement pas voté pour un socialiste!

Ainsi en 1945, le premier maire socialiste était un cousin de ma grand-mère… Très éloigné en l’occurrence, même si tous les deux étaient originaires du pays de Gâtine en Poitou! Sauf erreur de calcul de ma part, toujours possible dès qu’on compte sur ses doigts en s’agrippant comme on peut aux rameaux les plus élevés d’un arbre généalogique, ils seraient cousins au quinzième degré.

Et leurs ancêtres communs à partir du la huitième génération ascendante seraient les « Allonneau » seigneurs de Saint-Pardoux, Saint-Maixent ou Parthenay. Tous des notables du crû, dont tous les biens furent confisqués sous la Révolution, singulièrement après 1793 ou 1794, lors de la répression féroce conduite par les colonnes de la Convention Nationale, contre tous ceux qui avaient pris le parti de la Vendée Militaire…

Ma grand-mère maternelle Adrienne Venault (1894-1973 aurait sans doute apprécié de savoir qu’elle descendait « en droite ligne » de nobliaux poitevins des seizième, dix-septième et dix-huitième siècles. Peut-être un peu moins, qu’elle était la cousine d’un socialiste, fût-il finalement assez modéré! Mais elle ignorait ces données dont je n’ai pris connaissance qu’en février 2017!

Le sachant, pour inaugurer son droit de vote au printemps 1945, aurait-elle déposé dans l’urne un vote motivé par l’esprit de famille? Eu égard à nos nombreuses discussions sur la fin de sa vie, c’est peu probable.

J’aimais soutenir la controverse avec elle et c’était réciproque… Femme d’une vive intelligence, elle n’était pas, à proprement parler, une « progressiste »…Pour autant, ce n’était pas une bourgeoise. Aussi loin que me portent mes souvenirs, je l’ai toujours connue vêtue de noir sans coquetterie ni affectation. Depuis son veuvage en 1951, elle vivait seule et chichement dans un minuscule deux-pièces au premier étage d’une maison sans confort au 20 de la rue Desmazières à Angers. Ses ressources étaient exclusivement constituées de la maigre retraite de réversion de son mari – mon grand-père – qui avait été gardien de la paix municipal jusqu’à son décès prématuré…

Nécessité faisant force de loi, elle comptait scrupuleusement « ses sous » et comme beaucoup de gens modestes, elle votait à droite, au grand dam de la gauche qui ne comprend jamais pourquoi…Pas plus hier qu’aujourd’hui!

A la décharge d’Adrienne – si tant est qu’il faille l’excuser d’options idéologiques respectables qu’elle assumait sans complexe – elle avait subi dans sa propre chair, les désordres de la guerre entre 1914 et 1918 et la jeune fille délurée et émancipée, qu’elle fut auparavant s’était progressivement muée en une femme d’ordre, qui cultivait une certaine méfiance à l’égard de ceux qui remettaient en cause les institutions incarnant l’autorité, politique ou même religieuse!

Cette attitude « conservatrice » ne procédait pas de l’intime conviction que rien ne doit jamais bouger, mais plutôt, de l’idée que tout ce qui bouscule l’ordre établi, suscite fréquemment plus d’inconvénients que d’avantages, plus de malheurs que de bonheur, en particulier pour les « petites gens »! Et encore, elle ignorait que ses ancêtres avaient été spoliés. Au fond, son côté « réac » – comme on dirait aujourd’hui – procédait d’une forme de stoïcisme paysan. Elle pensait que ceux que « la nature » avait placé en bas de l’échelle avaient plutôt intérêt à accepter leur sort – fût-il médiocre – que de tenter le diable.

Adrienne, avec son »air de ne pas y toucher »

Quoiqu’elle disait devant moi, je n’ai jamais pensé qu’elle croyait la nature humaine vertueuse, ni même qu’elle plaçait la« Vertu », au pinacle des qualités cardinales… Mais évidemment, elle cherchait à nous le faire croire et je crois que c’est ce double visage de Janus que j’ai beaucoup aimé chez elle!

Résignée à la fin de sa vie, elle se soumettait par convention à des devoirs sociaux, garants d’un ordre qu’elle avait renoncé depuis longtemps à discuter, encore moins à remettre en cause.

Il m’arriva plus d’une fois de discuter pied à pied ses conceptions, notamment lors de événements de 1968, lorsque, jeunes insouciants, nous prétendions qu’il était interdit d’interdire. Croyant bousculer l’ordre ancien, nous pensions, mus par un romantisme échevelé, que « sous les pavés se trouvait la plage ». Elle s’en amusait sans trop s’en inquiéter: elle savait que ça nous passerait! Sans état d’âme, elle vota pour les candidats gaullistes aux élections législatives de juin 1968 après la dissolution de l’Assemblée Nationale.

Désormais, le temps s’est écoulé et j’ai tendance à considérer son point de vue comme une forme d’adaptation darwinienne aux circonstances de la vie, un mélange complexe de sagesse et d’intelligence… « Il y a des riches, il y a des pauvres, et c’est très bien ainsi » disait-elle fréquemment, alors qu’elle appartenait elle-même au camp des pauvres !

Aurait-elle aimé savoir que son lointain cousin était un leader socialiste? Peut-être, « par roublardise » comme elle disait!

 

PS: Sur les différents épisodes de la Libération d’Angers vécus par mes proches, et sur les premières élections municipales d’après guerre vécus par mes proches, voir notamment mes billets du 24 mars 2014, « De la Libération d’Angers à la Roche de Mûrs-Erigné » et du 23 avril 2014 « Adrienne Turbelier peut voter… »ainsi que le mémoire d’Albert Turbelier « Souvenirs de jeunesse », référencé dans ce blog à la date 30 septembre 2011)…

Publicités

Read Full Post »

 

Avec un tel intitulé on pourrait penser que ce billet ne vise qu’à réécrire besogneusement une parodie des aventures toujours surprenantes, parfois déstabilisantes du célèbre Chat de Philippe Geluck. D’emblée je précise que ce n’est pas le cas… Mon propos, n’a aucun rapport avec les facéties de l’ineffable matou cravaté du dessinateur belge, en tout cas, consciemment ! Mais je n’ignore pas que les aphorismes du félin philosophe influent nécessairement sur la prose de quiconque s’avise de mettre en scène des greffiers. On ne sort pas psychologiquement indemne des griffes rétractables d’un Chat qui énonce avec componction que « logiquement il devrait dire le double de ce qu’il pense, vu qu’il ne pense pas la moitié de ce qu’il dit » !… Tout en reconnaissant avec modestie « dire parfois des choses tellement intelligentes qu’il ne les comprend pas lui-même »…

hélia

Bien qu’on s’en défende, il est donc normal de suspecter, en sous-main, la patte pataude et l’esprit délié du Chat du Geluck, d’autant que l’animal est doté d’une curiosité encyclopédique et qu’étant lui-même un peu timbré, il aurait très bien pu s’intéresser aux « timbres » ! D’ailleurs il l’a fait. Mais, seulement à propos du petit carré dentelé qu’on colle en France – et partout ailleurs – sur les correspondances depuis 1849.

Or, le timbre dont il est question ici, n’a rien à voir avec celui qu’on oblitère à la poste ! Ni avec le timbre du tambour. Pas plus qu’il n’est question du « timbre violet » ce petit champignon mauve de la famille des serpentins décrit par Jean-Jacques Paulet (1740-1826) médecin mycologue réputé en son temps… Ce timbre n’entretient enfin aucun lien de cousinage même lointain, avec le terme technique utilisé par les pelletiers d’antan pour caractériser un ensemble de peaux de martre ou d’hermine.

timbre antan

Non ! Le « timbre » dont il s’agit, doit être compris au sens du « Dictionnaire du Monde Rural et des mots du passé » de l’historien Marcel Lachiver (1934-2008). C’est la « cuve », le « cuvier », le « baquet » ou la grande auge en pierre qui servait à faire boire le bétail au pâturage. Ce mot aujourd’hui oublié était d’usage courant dans les campagnes d’Anjou, de Touraine et du Poitou depuis le 15ième siècle. Ainsi, pour signifier que Gargentua était un enfant boulimique, François Rabelais écrivait en 1532 dans Pantagruel:   » Aussi luy bailloit-on ladicte bouillie en un grand timbre« .

Dans ce contexte, « le timbre des chats », c’est tout simplement une mangeoire en pierre. L’histoire qui s’y rapporte eut lieu, il y a fort, fort … longtemps, en Pays de Gâtine, au cœur du Haut Poitou à quelques lieues, au septentrion de Parthenay. Une bien étrange histoire, en vérité, peut-être révélatrice et déterminante de ce qui suit! Nous en reparlerons…

Le « Chat » de Geluck est donc totalement étranger à cette histoire. D’ailleurs, on se demande ce que pourrait faire ce matou d’Outre-Quiévrain en pays de Gâtine !

Carte du portail du Pays de Gâtine

Carte du portail du Pays de Gâtine

La genèse de ce papier – qu’un chat ne prendrait même pas pour litière – est en réalité assez banale. Tout procède de l’idée ou du constat trivial qu’au lieu de répartir les gens entre ceux qui se réclament de la « droite » et ceux qui idolâtrent la « gauche », on peut obtenir une représentation tout aussi pertinente de la société en définissant deux autres groupes « antagonistes » irrémédiablement non miscibles et non superposables aux précédents: celui des « félinophiles » qui vouent une dévotion exclusive aux chats, et celui des « félinophobes » qui, à l’inverse, se méfient des minets, leur prêtant toutes les tares de la terre et leur imputant une grande part de leurs malheurs !

Tout compromis entre ces deux groupes semble difficile. Il est même admis qu’ils sont, par nature, inconciliables. Les uns prétendant en effet qu’ils ne peuvent jouir d’un sommeil réparateur qu’à côté d’un chat ronronnant, les autres au contraire verrouillant systématiquement tous les huis de leur maison pour interdire l’irruption nocturne – voire diurne – de tout importun pelage, au motif d’une prétendue allergie aux poils ! Ils accusent alors les minous de mille maux ! Et que sais-je encore ? Evidemment entre ces deux coalitions il existe, comme dans le cas de la « gauche » et de « la droite », des conciliateurs, voire des transfuges qui, selon les époques, deviennent renégats ou visionnaires, et s’efforcent en vain de faire cohabiter tout le monde sous un même toit ! Parfois, il le faut bien, ne serait-ce que pour satisfaire aux exigences de la reproduction sexuée commune à tous les mammifères!

Cette « fracture » traverse presque toutes les familles et est fréquemment la source de conflits intimes ou de sourdes mais profondes frustrations…Cette rivalité binaire -bipolaire – est tantôt à la mesure de l’aversion, tantôt à celle des relations de proximité affective que chacun des membres d’une même famille noue, consciemment ou non, avec le ou les chats domestiques du foyer…Et  ce quel que soit le croisement dont est issu le chasseur de souris! Un lecteur vigilant aura noté que même au sein de l’espèce « chat », je me garde de parler de « races » pour ne pas froisser les susceptibilités en usant d’un mot qui fait aujourd’hui débat dans notre pays et que certains proposent même de bannir du vocabulaire !  En ces temps troublés où les milices de la pensée sanctionnent le moindre dérapage verbal, il vaut mieux s’abstenir d’user de termes ambigus…

P1030208

D’ailleurs, dans mon quartier, alors que j’observe un taux croissant de chats de haut lignage au détriment des matous de gouttière, je me garderais bien, par exemple, de dresser des statistiques sur les proportions respectives des uns et des autres, pour ne pas subir les foudres des ligues de défense des droits félins! A coup sûr, elles ne manqueraient pas de qualifier mes innocents comptages d’inventaires « ethniques », ce qui, dans le cas d’espèce, serait une erreur ontologique, s’agissant d’approximatifs dénombrements de baroudeurs solitaires n’aimant pas chasser en meute ou de pauvres hères en quête d’amours furtives, ne cultivant ni l’instinct grégaire, ni l’esprit communautaire ! Encore moins l’esprit d’équipe…

Cette fracture entre « félinophiles » et « félinophobes » existe aussi – donc – dans ma propre famille. Ainsi, ma grand-mère maternelle Adrienne Venault – épouse Turbelier – (1894-1973) qui n’appréciait guère la présence de chats dans son environnement et qui jamais n’en adopta, serait plutôt à classer dans la gent des « félinophobes », alors que ma grand-mère paternelle, Marguerite Cailletreau – épouse Pasquier – (1897-1986) devrait figurer en bonne place dans l’autre clan. Jusqu’au terme de son existence elle vécut en leur compagnie et se levait même presque chaque nuit, pour permettre au minou qui dormait à ses pieds d’aller courir la gueuse dans le jardin de son immeuble.

A proprement parler, Adrienne Venault n’avait pas d’animosité agressive à l’égard des chats mais elle n’entretenait avec eux aucune connivence. Elle s’en méfiait, ne leur concédant au mieux qu’une fonction utilitaire de chasseurs de petits animaux nuisibles. A ses yeux, la traditionnelle « tapette à souris » et son appât au fromage remplaçaient avantageusement et à moindre frais, le prédateur attitré des rongeurs!

D’où lui venait cette réticence ? Peut-être d’un lointain passé, où on lui aurait imputé à tort des vols de nourriture, commis par des chats en goguette dans la cuisine de ses patrons ! A tout le moins une surveillance inefficace. Peut-être aussi, garda-t-elle à l’esprit, sa vie durant, la vision résiliente et horrifiante de pauvres chats happés par des trains au passage-à-niveau tenu par sa mère à Soulièvres ou à Saint-Varent(79) ! Peut-être enfin que les légendes et les jeteurs de sorts du Pays de Gâtine y sont pour quelque chose ! N’est-ce pas dans cette région autour de Parthenay, région d’origine de la famille de ma grand-mère maternelle, que les farfadets se querellaient la nuit au travers des haies bocagères? N’est pas là aussi que sévissaient la méchante fée Mélusine, ainsi que le diabolique Cheval Mallet qui, la nuit, faisait disparaître ceux qui le montaient, ou encore la Galipote qui, autrefois, terrorisait les veillées campagnardes en Poitou?

Mes parents ayant reproduit, chacun de leur côté,  la même inclination ou hostilité à l’égard des chats, que leurs parents respectifs, la tentation est forte d’en conclure que ces comportements sont hérités, sans que les circonstances de la vie ou les contraintes spécifiques de chaque époque les aient substantiellement modifiés!

Evidemment, il m’est impossible de trancher quoi que ce soit. Toutefois, pour ce qui est de la défiance marquée d’Adrienne Venault vis-à-vis des greffiers de tous poils, plusieurs éléments troublants me conduisent à l’imputer au premier chef, au Pays de Gâtine, où superstition et religiosité se faisaient mutuellement la courte échelle…Je les livre à la sagacité de ceux qui voudront bien me lire…

Tout d’abord, il convient de rappeler qu’Adrienne Venault, à laquelle j’ai consacré ici plusieurs chroniques, est née le 10 février 1894 à Saint-Loup-sur-Thouet – aujourd’hui Saint-Loup-Lamairé – petite cité médiévale au cœur de la Gâtine « deux-sèvrienne » , sur le périmètre de laquelle s’élève un château édifié au onzième siècle. Ce château, un des plus beaux du Poitou, aurait inspiré à Charles Perrault (1628-1703) le décor du Chat Botté.

Ayant vu le jour à proximité de cet édifice et ayant été employée, quelques années plus tard, dans une gentilhommière voisine – le Château de Repéroux – Adrienne ne pouvait évidemment pas ignorer ce conte. Elle ne pouvait donc méconnaître ni l’astuce, ni les multiples facéties de ce chat singulier, certes fidèle à son maître désargenté, mais trop intelligent pour être honnête ! Un peu voyou en somme, il s’était promis de lui offrir le pouvoir, la richesse et la main d’une princesse. Et ce, en usant de tous les moyens justifiant cette fin heureuse, à savoir la ruse, le mensonge, la fourberie et la mystification. Adrienne, en tira t’elle des enseignements implicites pour l’avenir de ses relations avec la gent féline ? Nul ne le sait…

Une autre légende de la région est plus probante encore quant à la méfiance que nourrissaient peut-être les villageois des siècles précédents – et donc ma grand-mère alors enfant – à l’égard des chats, ces êtres ambivalents et énigmatiques. Une légende qui conforte cette image, d’animaux à la fois câlins et cruels, madrés et imprévisibles, dont il faudrait par conséquent se défier ou se méfier! Cette autre légende, c’est celle du « Timbre aux chats », qui postule qu’on a affaire à des créatures du « diable » qui viennent troubler la quiétude des humains, certains jours de l’année, notamment la nuit du Mardi-Gras…

Du côté de Saint-Loup-sur-Thouet , un soir ...

Du côté de Saint-Loup-sur-Thouet , un soir …

Plusieurs narrations circulent de cette fable effrayante dans les chemins creux du bocage. Elles convergent toutes. Ignorant l’identité de celui qui, du fond des âges, a pris le premier la plume pour la raconter,et ne souhaitant pas « bricoler » ma propre version en plagiant les récits de mes prédécesseurs, j’ai décidé de reprendre textuellement celle figurant dans un ouvrage de C. Puichaud – un historien régional et avocat à la cour d’appel de Poitiers – édité en 1897…

Voici ci-dessous, un extrait de ce livre « La tradition en Poitou et Charentes », rapportant l’insolite histoire du « Timbre aux Chats » :

« … Le soir du Carnaval, ce sont les chats, qui se réunissent à l’Ormeau Robinet, nœud de routes plus connu sous le nom de Timbre aux Chats, parce qu’il y a dans cet endroit pour l’usage des chats, un timbre, c’est-à-dire une auge. Elle est en granit. L’Ormeau Robinet est au croisement, sur la route de la Chapelle-Saint-Laurent à Moncoutant, de l’ancien chemin de Pugny et de celui qui lui faisant face va se perdre dans les terres.

Le soir du Carnaval donc, le Timbre aux Chats, cadeau du diable, sert à leurs diaboliques agapes. Chacun des félins de la région y dépose les reliefs qu’il a su dérober à ses hôtes. Le lutin fournit le complément du festin. Toute la nuit l’air frémit de leurs miaulements effrayants, du bruit de leurs mâchoires. Malheur à qui les dérangerait ; en un clin d’œil, leurs griffes aiguës déchireraient l’imprudent, leurs dents acérées le dévoreraient.

Maints fermiers dont le timbre a tenté la cupidité l’ont emporté chez eux. Ils ont dû le retourner. Tant qu’ils l’ont conservé, leur maison était hantée. Des animaux inconnus rôdaient autour, interdisant, par leurs cris épouvantables, à ses habitants de retremper dans un sommeil réparateur leurs forces épuisées, bouleversant les travaux de la journée, dévastant les cultures, salissant l’herbe des prés. Les animaux domestiques mouraient d’un mal mystérieux. La ruine arrivait à grands pas. Devant cette malédiction, le coupable réintégrait le timbre à sa place primitive et retrouvait la tranquillité perdue. Le bétail prospérait, les prés verts se couvraient d’une herbe luxuriante, les moissons, merveilleusement, se chargeaient du grain de vie. La ferme revenait au bonheur des vieux … »

Devant de tels méfaits ressassés depuis toujours dans les campagnes poitevines, comment ne pas concevoir à l’égard de ces « petites bêtes » un certain sentiment de phobie? Surtout dans l’esprit des enfants d’autrefois qui n’avaient guère d’autre occasion que l’école pour découvrir – finalement mais relativement tardivement – la rationalité d’un autre discours…Il n’est donc pas improbable que ces légendes du bocage qui forgèrent la réputation de chats malfaisants, aient influencé durablement les comportements futurs de ceux ou celles qui les entendaient au berceau…

En me relisant, je m’aperçois que moi-même, je finis pas douter de l’amitié de la petite chatte qui me regarde en ronronnant , en minaudant aussi, confortablement installée sur la tablette de la petite commode située à côté de mon ordinateur près du radiateur. Je la suspecte de me surveiller avec duplicité, bien qu’elle n’ait pas exigé, pour l’heure, de relecture de mon texte !! Je crois que je prendrais alors la liberté de lui refuser…Quitte à ce qu’elle souffle méchamment à mon adresse.

Diable, on n’est jamais assez prudent avec les vieilles superstitions…Elles finiraient par nous foutre la trouille. Mais le doute bénéficiant à l’accusé, je persiste, malgré tout, à me déclarer « félinophile »… Du moins pour le moment!

P1110388

PS: Sur la fin de sa vie, j’ai surpris à maintes reprises, Adrienne Venault sommeillant devant une télévision « noir et blanc » avec un chat noir dormant sur ses genoux. Comme quoi on peut moduler et modérer des avis initialement trop tranchés… Ce chat qui s’appelait curieusement « Mao », du nom d’un « grand timonier » aujourd’hui disparu, lui a t-il, ultérieurement, porté malchance? N’étant pas superstitieux, je ne veux pas y croire car ça porte malheur…

Read Full Post »

On a beau faire, on est toujours rattrapé par l’actualité ! Dire qu’il y aura tout juste 125 ans demain, que le général Georges Ernest Jean-Marie Boulanger (1837-1891) un breton, ancien condisciple lycéen de Georges Clemenceau à Nantes, mais considéré comme un dangereux aventurier de la politique, était largement élu député de Paris sur la base d’un programme antirépublicain qui pouvait être résumé en trois mots : « Dissolution, Révision, Constituante ». On aura compris : il n’était pas l’allié des républicains « opportunistes » de l’époque malgré son ancienne amitié de jeunesse avec le chef de file des républicains radicaux !

Nous sommes le 27 janvier 1889 ! En dépit des appels de ses partisans à faire immédiatement un coup d’Etat contre la République, l’homme de cinquante-deux ans, qui est alors au faîte de sa popularité et qui porte encore beau, ne se résout pas à marcher sur l’Elysée. Le général « La Revanche » qui affiche une posture agressive vis-à-vis de l’Allemagne après la défaite de 1870 a peur, car il entretient une liaison amoureuse – qui le neutralise ou le tétanise  – avec une actrice de la comédie française Marguerite de Bonnemains. Cherchez l’erreur!

Il la rencontre secrètement depuis deux ans à l’auberge des Marronniers, un hôtel de Royat  tenu par une certaine Marie Quinton (1854-1933) qui devint leur amie. Sa maîtresse supplantait sa raison d’Etat.

Il rate ainsi l’occasion de s’emparer d’un pouvoir qui lui tendait les bras – au profit de ceux d’une femme aimée – et à partir de ce jour, c’est le début de la fin : en avril 1889, il doit s’exiler en Belgique pour se soustraire à une incarcération qui semblait aller de soi, à la suite de manœuvres tendant à le discréditer, diligentées par un gouvernement en place d’autant plus motivé à vouloir sa perte qu’il avait cru vivre le pire trois mois auparavant…Surtout, sa maîtresse bien-aimée – sa belle amante,  la « femme de sa vie (d’alors) comme on dirait maintenant – meurt de tuberculose le 15 juillet 1891.

Dépressif et pitoyable, le 30 septembre de la même année, le général Boulanger se suicide de chagrin sur la tombe de Marguerite de Bonnemains au cimetière d’Ixelles près de Bruxelles d’un coup de revolver. Son ancien ami Clémenceau qui avait initialement favorisé sa carrière politique en le recommandant comme ministre, eut ce mot cruel : « Il est mort comme il a vécu, en sous-lieutenant ».

Boulanger

Si j’évoque ce général avec lequel je n’ai guère d’affinités, c’est bien sûr en raison de l’anniversaire de son coup d’Etat heureusement avorté, mais aussi parce que, de tous les hommes politiques de la 3ième république, il fut un des rares, dont je me sois entretenu avec ma grand-mère maternelle Adrienne Venault (1894-1971), précisément en raison de sa fin tragique.

Ma grand-mère qui était plutôt avare dans l’expression de sentiments intimes avait inconsciemment trouvé ce moyen détourné d’évoquer l’amour d’un homme et d’une femme, en commentant devant moi l’exemple dramatique du Général Boulanger et de Marguerite de Bonnemains. Elle avait eu connaissance de cette histoire en lisant un numéro du Petit Journal daté de 1901. Lequel traînait sur une commode de la « mère Duguet » – Louise Joséphine Marie Toublanc (1866-1961) – dont elle s’occupait en faisant office de dame de compagnie bénévole…

La carrière militaire de Boulanger, de même que ses ambitions politiques, importaient peu à ma grand-mère. En revanche, elle saluait la fidélité en amour de cet homme. Jusqu’à la mort ! C’était un peu son « côté fleur bleue».

L’âge venu et avec le recul du temps, je la comprends mieux et force est de reconnaître que son admiration pour le Général Boulanger n’était pas sans fondement. Le sabreur avait probablement beaucoup de défauts, mais ce n’était ni un goujat ni un mufle vis-à-vis des femmes ! …

Si j’évoque ce drame politico-sentimental d’un autre siècle, c’est que l’actualité de la cinquième République m’en fournit le motif, au-delà des vertus commémoratives et émollientes d’anniversaires de coups d’Etat manqués, dont je ne suis pas fervent. Aujourd’hui, comme dans les temps absolutistes, il se trouve qu’il existe dans la « patrie des droits de l’homme », un homme de pouvoirs qui, à la différence d’un Boulanger apprenti factieux sentimental , se comporte comme un butor. Apparemment dépourvu d’affect, en tout cas inélégant et hautain, il congédie à sa guise ses courtisanes ou ses maîtresses. Mais contrairement aux illustres tyrans qui l’ont précédé, il y met hypocritement certaines formes. Du moins le croit-il ! Sous des dehors convenus, il affiche des prétentions éthiques et tient des propos progressistes, mâtinés d’un soupçon de cynisme que ses affidés mettent sur le compte de l’humour. Et ce, dans le silence assourdissant et complice de sa clientèle de ministres ou de députés en jupons, pourtant toujours promptes – et à bon droit – à s’insurger contre les manifestations d’indignité et d’inégalité faites aux femmes… Le mutisme éloquent de celles censées défendre les « droits de la femme » est à cet égard remarquable. Double ou triple discours! 

Bref, en 2014, on répudie unilatéralement comme au vieux temps des « rois fainéants »… Et il faut dire que c’est bien.

Read Full Post »